Le décryptage éco, France info

Le milliardaire Warren Buffet mise sur l'aéronautique

Le milliardaire Warren Buffett va investir 37,2 milliards de dollars dans l'aéronautique en s'offrant un équipementier. C'est le plus gros coup de poker du papy de la "real économy".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Warren Buffet le 8 avril 2015 au Texas © Maxppp)

Plus de 37 milliards de dollars investis dans la bonne vieille industrie comme il le fait d’ailleurs depuis 10 ans. Et pas n’importe quelle industrie, l’industrie aéronautique. Il s’offre un équipementier et ses dettes, "Précision Castparts", l’entreprise fournit Boeing et Airbus mais aussi Général Electric. Elle fabrique , des boulons, des écrous, des tubes, des canalisations, des vrais produits , rien que du lourd. Beaucoup moins sexy que d’investir dans la net économy mais qui a rapporté tout de même un milliard et demi de bénéfice sur un an. Le contrat sera finalisé au début de l’année prochaine.

A 85 ans ,Warren buffet n’a d’ailleurs rien à faire de la net économy. Ce n’est pas son truc. Le milliardaire américain n’aime que le réel, le vrai, le dur .

On peut dire que Buffett s’est rarement trompé

C’est d’ailleurs comme ça qu’on devient miliardaire, en ayant le nez fin. Son pari , c’est de miser sur l’augmentation du trafic aérien dans les 20 prochaines années. Un trafic qui devrait augmenter de 4 à 5 % par an, développement porté aussi par le bas coût de l’énergie. Du coup, les avionneurs comme Boeing et Airbus ont des carnets de commandes pleins pour des années. Précision Castparts a donc de beaux jours devant elle pour les fournir en équipements. Wall street a bien évidemment applaudi des deux mains à l’annonce de ce rachat. Le groupe de Buffett, Berkshire Hataway a fait hier un bond de près de 20 %.

Ce n’est pas la première fois que Buffett surprend

En 2009 il avait investi dans le bon vieux train, 26 milliards de dollars déjà dans la compagnie ferroviaire de Santa Fe , Burlington Northern. Aux EtatsUnis, le train c’est quand même un sacré pari. Et un peu comme au poker, il met beaucoup de jetons sur le tapis. En général, ça lui réussit. Il a coutume de dire que sa fortune, qui avoisine les 70 milliards de dollars,  va des sucettes aux avions. Son fonds d’investissement est partie prenante dans Coca-Cola, Heinz , IBM, Sanofi, Disney, la réassurance, et j’en oublie. Buffett, c’est tout sauf un spéculateur, il veut du solide. Dans les années 2000, il a regardé de haut la nouvelle économie en se demandant comment elle gagnait de l’argent. Du coup, la bulle internet, il est passé au travers. Bon, il a eu des ratages aussi. Quand il a investit dans Us Airways et Salomon Brother, sa fortune a été divisée par deux. C’était entre 2008 et 2009, et c’est déjà un vieux souvenir. Buffett c’est la troisième fortune mondiale au classement Forbes.

C’est un investisseur avisé , mais aussi un curieux personnage

Il conseille même Obama. Pas  mal pour ce fils de courtier en bourse qui a acheté sa première action à 11 ans et l'a revendu avec succès. Le petit gars avait décidé d’être milliardaire à 30 ans. Pari tenu.

Buffett, c’est aussi l’homme qui trouve qu’il est anormal de payer moins d’impots que sa secrétaire, qui met l’intégrité en première place dans les affaires, qui considère avec ironie que Wall Street est un endroit où les gens viennent en Rolls pour donner des conseils à ceux qui prennent le métro. 99 % de sa fortune ira à des œuvres de bienfaisance et le nom de son succésseur est pour l’instant tenu secret.

(Warren Buffet le 8 avril 2015 au Texas © Maxppp)