Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Transports du futur vaccin : toute une chaîne sur le pont

L’agence européenne du médicament et la Commission ont donné leur feu vert au vaccin de Pfizer et BioNtech. Les transporteurs sont déjà sur le pont pour l’acheminer. Le décryptage de Fanny Guinochet. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des containers pouvant contenir des vaccins lors de leur transport. Photo d\'illustration.
Des containers pouvant contenir des vaccins lors de leur transport. Photo d'illustration. (AFP)

C’est un vrai défi logistique. Pour que la vaccination en France débute dans quelques jours, des millions de doses vont être acheminées entre les sites de production Pfizer - pour l’Europe, il se trouve en Belgique – jusqu’aux laboratoires, pharmacies, médecins, hôpitaux de l’hexagone avec parfois avec un transit via des plateformes logistiques.  

La spécificité de ce vaccin anti-covid, c’est qu’il doit être conservé à – 80 degrés, cela implique donc de maintenir la chaîne du froid tout le long du trajet, d'aller vite, de ne pas perdre de temps. C’est pour cela, par exemple, que les vaccins acheminés par avion ne seront pas stockés dans des entrepôts réfrigérés des aéroports. Ils transiteront depuis les soutes des carlingues vers des camions qui les amèneront vers des lieux de vaccination.

Des entreprises mobilisées 

Il y a eu des appels d’offres, et plusieurs transporteurs ont été retenus. De gros groupes comme des PME françaises et européennes, mais les autorités sanitaires ne veulent pas divulguer les noms des gagnants car l’autre particularité de ce vaccin, c’est la sécurité qui l’entoure ! Le gouvernement veut jouer la discrétion, pour éviter les vols, les infractions. Il craint que les convois ne soient détournés, qu’il y ait du trafic de vaccin, les transporteurs ont d’ailleurs ordre d’éviter les aires d’autoroutes trop fréquentées.  

Des compagnies nationales comme Air France sont impliquées

Air France bien sûr fait partie des compagnies sélectionnées, ne serait-ce que pour approvisionner les DOM-TOM. Air France a déjà prévu six avions cargos qui peuvent transporter plus d’un million de doses par vol, mais aussi des avions passagers long-courrier pouvant contenir plus de 400 000 doses dans leurs soutes. Air France a l’habitude de ce genre de transport de produits de santé : la compagnie véhicule déjà le vaccin de la rage. 

Autour, c’est tout un écosystème aussi qui se met en place :  cela va de l’emballage – avec des conditionnements très spécialisés pour toujours bien maintenir le vaccin à bonne température - aux conteurs spécifiques, aux dispositifs  de traçabilité, jusqu’aux seringues et tous les produits nécessaires à la vaccination. Cela va donner du travail à toute une partie de notre économie.

Des containers pouvant contenir des vaccins lors de leur transport. Photo d\'illustration.
Des containers pouvant contenir des vaccins lors de leur transport. Photo d'illustration. (AFP)