Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Retards maîtrisables, réseau vieillissant, lignes peu utilisées : le bilan de l'autorité des transports sur les trains

L'Arafer publie son premier bilan du transport ferroviaire de voyageurs en France. Le décryptage de Fanny Guinochet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un TER dans le secteur de Bailleul (Hauts-de-France).
Un TER dans le secteur de Bailleul (Hauts-de-France). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Cinquante pourcent des retards de trains pourraient être évités ; 350 trains restent à quai chaque jour alors qu’ils étaient programmés… Ce sont des données issues d’une étude de l’Arafer, l’autorité de régulation des activités ferroviaires et routières. Le gendarme des transports routiers et ferroviaires a enquêté sur les retards, l’état du réseau… On découvre des données jusqu’alors tenues secrètes par la SNCF, Thalys et Eurostar.

Dans ce bilan du transport ferroviaire de passagers en France, on apprend par exemple qu’en 2015, plus de 10% des trains arrivent avec plus de 6 minutes de retard. Des retards qui s’accentuent en heure de pointe.

Surtout, la plupart du temps, c’est à cause de motifs "maîtrisables" par SNCF, et non d’inondations ou d’éléments extérieurs… La moitié des retards pourraient être évités.

Pour obtenir ces éléments, qui n’ont rien d’élogieux pour la SNCF, l’Arafer a du tordre le bras à la compagnie ferroviaire et à Guillaume Pepy, son président. Elle a du aller jusqu’à une procédure de manquement.

Des lignes vieillissantes

Outre les retards, ce bilan de l’Arafer pointe l’état du réseau, qui est vieillissant : l’âge moyen des voies est de 31 ans. Ce qui peut expliquer les nombreuses avaries, mais aussi les accidents, on pense à Brétigny-sur-Orge notamment.

Cela traduit aussi des problèmes d’investissements pour rénover le réseau, alors même que la SNCF est plombée par une dette de 45 milliards d’euros.

La part du train recule en France

Le bilan de l’Arafer recèle une surprise : l’utilisation du train par rapport aux autres moyens de transports est en baisse en France (10% environ). Depuis 2011, il ne cesse de céder du terrain à la route. Alors que pendant 15 ans, la part du train avait progressé, portée par le TGV. C’est l’inverse de la tendance en Europe et c’est justement la conséquence des retards, des annulations, etc.

Au total, il y a encore plus de trois millions de voyageurs par jour transportés chaque année sur le réseau, Mais 90% des voyageurs sont dans les trains du quotidien – RER, TER, etc. Et ce sont toujours les mêmes lignes qui sont utilisées. 80 % des trains circulent sur un quart du réseau. A l’inverse un tiers du réseau n’est utilisé que par… 1% des trains !

Enfin, on voit aussi combien le train est subventionné. Les régions financent jusqu’à trois quart du prix du billet, avec des sacrées différences entre les régions. Toutes ces infos montrent surtout l'urgence d'une réforme du système ferroviaire.

Un TER dans le secteur de Bailleul (Hauts-de-France).
Un TER dans le secteur de Bailleul (Hauts-de-France). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)