Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Les Français champions de l’épargne

Avec la reprise, on aurait pu penser que les Français épargneraient moins mais non ! On continue de se constituer des bas de laine. Le décryptage de Fanny Guinochet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Image d\'illustration. 
Image d'illustration.  (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

Les Français épargnent ! C’est ce qui ressort du rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée qui vient d’être publié par la Banque de France. 2017 a été l'année où le patrimoine financier des Français a passé le seuil des 5 000 milliards d'euros.

Ce chiffre correspond à l'encours, c’est à dire à l’ensemble des sommes épargnées par les Français. C’est surtout le livret A, qui reste dynamique, malgré son faible rendement. Aujourd’hui, plus de 55 millions de personnes physiques en possèdent un, c’est plus de 80% de la population. Et la somme placée sur les livrets A s’élève en moyenne à 4 600 euros. Une minorité de livrets (13%) contient des sommes supérieures à 15 000 euros.  

Miser sur la sécurité

Les Français veulent pouvoir retirer leur argent quand ils le veulent, sans frais, et notamment en cas de coup dur, plutôt que de tenter de gagner plus en le plaçant sur des produits plus risqués. Autre signe de cette aversion au risque, il y a plus de 400 milliards d’euros laissés sur les comptes courants. C’est 100 milliards de plus qu’avant la crise !

Et outre le livret A, l’assurance vie reste le premier placement des Français. A elle seule, elle représente 39% des actifs financiers, dont 32% pour le seul support en euros !

L'Observatoire constate que plus des deux tiers de l'épargne (70%) des ménages est placée, directement ou indirectement, en produits sans risques contre 39% aux États-Unis. Preuve que les Français se tournent peu vers la Bourse  

La peur de la crise, du chômage, de l’avenir  

Il y a une crainte vis-à-vis de l’avenir, une forme de défiance. Il faut dire que les crises ne sont pas si loin, celle de 2008, mais aussi celle de 2011. Et comme l’épargnant est plutôt un senior, il a plus de 55 ans en moyenne, il s’en souvient. Et plus on vieillit, et plus on est soucieux de sécuriser son argent. En vue de la retraite, mais aussi de la dépendance, ou même pour transmettre à ses enfants et petits enfants  

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie, car l’argent dort. Le gouvernement aimerait bien le réorienter vers l’économie plus productive, notamment vers les entreprises, les PME. Pour financer leur innovation, leur développement. Mais pour cela, il va falloir contrarier la nature des Français. Faire de la pédagogie mais aussi stabiliser les placements. Parce qu’on voit que dès qu’il y a des changements de fiscalité, il y a des impacts notables. Par exemple, les Français ont nettement moins placé sur leurs plans épargne logement l’année dernière. Tout simplement parce qu’il y a eu une fiscalisation de ce produit.

Image d\'illustration. 
Image d'illustration.  (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)