Cet article date de plus de cinq ans.

Le décryptage éco. Amazon va de mieux en mieux

L’entreprise américaine a annoncé avoir atteint 100 millions d’abonnés à son service Prime.

Article rédigé par franceinfo - Fanny Guinochet (L'Opinion)
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Il n’y a qu’Apple et ses 880 milliards de dollars de capitalisation boursière qui pèse plus lourd qu’Amazon. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Amazon se porte bien, et de mieux en mieux : le géant du commerce électronique, basée à Seattle, a annoncé avoir atteint 100 millions d’abonnés à son service Prime.

C’était la première fois que Jeff Bezos le patron d’Amazon divulguait ce chiffre, donnant par là un nouvel indice de la toute-puissance du groupe américain. 100 millions d’abonnés payants à Prime, ce service de livraison que la firme a lancé il y a plus de 13 ans et qu’elle qualifie de haut de gamme, à tout le moins, c’est considérable. Prime existe en France depuis 2008, et Monoprix a d’ailleurs annoncé il y a une quinzaine de jours, qu’il avait passé un partenariat pour que ses produits alimentaires soient distribués aux clients de Prime à Paris et la proche banlieue. Au global, Amazon, a acheminé dans le monde plus de 5 milliards de produits. Il n’en fallait pas plus pour que le titre en Bourse prenne de la valeur dans un environnement de Wall Street assez morose.

Une énorme base de clients payants

Amazon creuse encore l’écart avec ses concurrents : avec ce service, Amazon s’est évidemment créé une énorme base de clients payants, qu’elle fidélise. Et au fil des ans, "Prime" est devenu la "machine à cash" de l'entreprise. Rien que l’abonnement lui rapporte plusieurs milliards par an. Par ailleurs, selon les estimations d’un cabinet d’étude, citées par le "Wall Street Journal", les abonnés Prime dépensent environ 1 300 dollars par an. Parce qu’il n’y a pas que des livraisons express : via ce service, on trouvera aussi des vidéos et de la musique en streaming. C’est peu dire qu’Amazon gagne encore du terrain sur les plateformes Netflix ou Spotify.

755 milliards de capitalisation boursière

Rien n’arrête donc Amazon, et sa croissance donne le tournis : depuis la création en 1994, la toute petite librairie en ligne est devenu un empire du e-commerce, boostée par la période des fêtes. Son chiffre d'affaires a atteint plus de 60 milliards de dollars, rien qu’au dernier trimestre 2017. Aujourd’hui Amazon est estimé à 755 milliards de capitalisation boursière, devançant Alphabet, la maison mère de Google. En fait, maintenant, il n’y a qu’Apple et ses 880 milliards de dollars de capitalisation boursière qui pèse plus lourd qu’Amazon. Rien que l'an dernier, Amazon a embauché 130 000 salariés. Au total, le groupe compte 566 000 employés.

L’ombre au tableau des conditions de travail

Les conditions de travail, elles, sont réputées très dures. Dans les entrepôts, les cadences sont rudes, et le management, controversé. Ces derniers mois, on a d’ailleurs noté plusieurs grèves de salariés dans différents sites en Allemagne, en Italie. Et encore fin mars, dans le plus grand centre de logistique d’Espagne, les employés ont débrayé pour contester les conditions de travail mais aussi les salaires bas. Cela pourrait s’avérer une limite au développement et surtout à la réputation d’Amazon.


 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.