Le décryptage éco, France info

L'arrivée des vaccins contre le Covid-19 suscite un vent d'optimisme sur les bourses mondiales

Depuis le début de la semaine, c’est l’optimisme du côté des bourses mondiales. À Paris, New York, Tokyo, les places de marchés sont au plus haut. Pourquoi un tel engouement ? Le décryptage de Fanny Guinochet.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Panneau d\'affichage à la Bourse de Paris. Photo d\'illustration.
Panneau d'affichage à la Bourse de Paris. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)

En cette fin d'année, les investisseurs retrouvent le moral. La première raison tient au vaccin, qui fait espérer une reprise de l’activité  et suscite tous les espoirs. La vaccination a débuté dimanche en Europe, elle se déploie aux États-Unis. L’accord sur le Brexit dope aussi le moral des investisseurs il évite les droits de douanes et les quotas entre l’Europe et le Royaume-Uni.

Il y a aussi, la signature du plan de relance budgétaire américain par Donald Trump lundi : Ce sont 900 milliards de dollars (plus de 700 milliards d’euros) injectés dans l’économie américaine. Et enfin, il ne faut pas oublier la perspective d’un accord entre la Chine et l'Union européenne sur la protection réciproque des investissements. Cela fait sept ans que les deux puissances économiques discutent et l’aboutissement d’un compromis est en vue, de quoi réjouir les milieux d'affaires.

Résultat : mardi 29 décembre, le CAC 40 à Paris a terminé la séance au-dessus de 5.600 points. Et si Wall Street a clôturé légèrement à la baisse, la séance d’hier a encore été très soutenue. Pareil à Tokyo qui vient de terminer sa dernière séance de l’année. Les valeurs qui en profitent le plus sont, sans surprise, les groupes de la santé : Pfizer, Moderna, qui ont développé le vaccin. L'action Novavax qui réalise des essais gagne aussi presque 3%. Mais le tourisme ou l’aérien aussi. Des valeurs comme Accor ou Boeing reprennent aussi des couleurs. Air France a pris par exemple 5 %.  Les groupes de luxe progressent également, plutôt grâce à la perspective de l’accord avec la Chine ou ils sont très implantés. LVMH, Hermès gagnent près de 2%.   

Cette embellie va-t-elle continuer ?  

Il faut être très prudent car les marchés sont très fluctuants, très volatils ces derniers mois, très sensibles au contexte, et la situation sanitaire est  loin d’être stabilisée. Olivier Véran, le ministre de la Santé, l’a encore rappelé mardi. Il suffirait qu’un virus mutant s’installe ou que le vaccin se révèle moins efficace que prévu  pour que les marchés se contractent et chutent aussi rapidement qu’ils ont progressé.       

Panneau d\'affichage à la Bourse de Paris. Photo d\'illustration.
Panneau d'affichage à la Bourse de Paris. Photo d'illustration. (ERIC PIERMONT / AFP)