Covid- 19 : pourquoi le gouvernement ne veut pas rendre le télétravail obligatoire

écouter (2min)

Alors que la 5e vague du Covid s’intensifie, des pays reviennent au télétravail obligatoire. En Belgique, par exemple, c’est quatre jours obligatoires par semaine. Mais en France, le gouvernement ne veut pas renforcer le télétravail. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une salariée en téletravail à son domicile. (VANESSA MEYER / MAXPPP)

Elisabeth Borne, la ministre du Travail, estime que le retour au 100% télétravail créerait de nombreuses inégalités entre les salariés : entre ceux qui peuvent exercer leur activité en restant chez eux, souvent des cadres, et les autres, généralement moins qualifiés, en bas de l’échelle. Alors qu’il y a déjà des tensions dans les entreprises pour des augmentations de salaires, il n’est pas utile d’en rajouter. Pas question non plus de prendre le risque de ralentir l’économie à un moment où elle repart, où le chômage retrouve son niveau d’avant la crise, et où les fêtes de Noël se préparent.

Elisabeth Borne préfère donc inciter les chefs d’entreprise à bien respecter les mesures barrières et notamment le port du masque. Elle met en garde contre le relâchement et promet d’intensifier les contrôles de l’inspection du travail. Mais pas question de revoir le protocole sanitaire en entreprise qui, on le rappelle, ne prévoit plus de jour minimal de télétravail. Liberté totale est laissée aux employeurs. Ils s’organisent comme ils veulent, contrairement à la deuxième vague, en octobre 2020, où ils devaient recourir massivement au télétravail sur tous les postes où c’était possible. Aujourd’hui, la plupart des entreprises fonctionnent selon les accords ou les chartes négociés avec les syndicats et qui fixent en général deux jours de télétravail par semaine, pas plus. 

Le patronat et les syndicats sont d'accord : pas de 100% en télétravail

Le patronat ne veut pas d’un retour au télétravail massif. Pour Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, "ce serait une erreur."  Il faut dire qu’après les confinements, les employeurs ont souvent eu du mal à faire revenir les salariés sur les sites. Ils ne veulent pas les voir repartir chez eux . En plus, selon eux, le télétravail massif ne changera pas la donne sanitaire puisqu’à peine 20 % des salariés occupent des postes télétravaillables. 

Pour une fois, les syndicats partagent cet avis. Ils mettent surtout en avant les difficultés des salariés face au 100% en télétravail : isolement, détresse psychologique, difficultés matérielles aussi, car tout ne monde n’a pas un logement dans lequel on peut travailler dans de bonnes conditions. Pas sûr toutefois que face à la montée de l’épidémie, tous ces arguments tiennent très longtemps. Selon les dernières données du ministère du Travail, en septembre dernier, à peine 21% des salariés ont été au moins un jour en télétravail. Et 8 % seulement télétravaillaient tous les jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.