Le conseil culture, France info

Culture d'info. "Blood Sugar Sex Magik", le classique des Red Hot Chili Peppers et une web-TV, “Bad Seed Teevee”

Dans les recommandations culture de franceinfo, "Blood Sugar Sex Magik", le classique des Red Hot Chili Peppers et une web-TV, “Bad Seed Teevee”, une fenêtre ouverte sur les nombreuses créations de Nick Cave.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nick Cave, le 5 juillet 2008, à Belfort.
Nick Cave, le 5 juillet 2008, à Belfort. (JEFF PACHOUD / AFP)

Chaque jour, franceinfo conseille de la lecture, de la musique, des expos, des séries ou des films.

"Bad Seed Teevee”, fenêtre permanente sur les nombreuses créations de Nick Cave

Vous avez certainement déjà rêvé de suivre toute l’actualité, de regarder et écouter toutes les œuvres de votre artiste préféré. Si vous ne jurez que par Nick Cave, le confinement a rendu cela possible : le chanteur australien a créé une web-TV, “Bad Seed Teevee”, fenêtre permanente sur ses nombreuses créations. Du beau, du grand, du triste, du noir et du loufoque : "Bad Seed Teevee" respecte à merveille le cahier des charges établi par Nick Cave et ses Bad Seeds en lançant lui-même fin avril cette télévision exceptionnelle, diffusant 24h / 24h. L’Australien était pourtant tout enjoué, parlant de "joie pure". Pour ses fans forcés de rester chez eux au lieu de le voir sur scène, il partage en ligne ses plus beaux concerts et ses plus beaux duos.

On s’émerveille devant les coulisses de la création, les courts-métrages, les documentaires, l’enregistrement de l’orchestration de ses albums. Et puisque c’est le plus important, Nick Cave offre sa musique, 35 ans de collaboration avec les Bad Seeds, jusqu’à son dernier album en date, Ghosteen, sorti en octobre dernier. "Bad Seed Teevee" est une malle aux mille trésors autour de la carrière d’un chanteur à la créativité constante, un homme qui était attendu à Paris dans quelques jours, avant que le monde ne change brutalement. C’est peu dire que Nick Cave a offert à ses fans de quoi patienter encore un peu.

"Blood Sugar Sex Magik", le classique des Red Hot Chili Peppers

Certains artistes sortent de périodes de confinement, avec de grandes œuvres, sous le bras. Ainsi, les ex-jeunes post-punk californiens des Red Hot Chili Peppers, ont-ils écrit le disque majeur de leur carrière en s'enfermant pendant plus d'un mois dans un manoir, sur les hauteurs de Los Angeles, l'ancienne propriété du magicien Harry Houdini, paradoxalement roi de l'évasion. Pour leur cinquième album, les Red Hot Chili Peppers arrivent sur le label Warner, et choisissent le producteur Rick Rubin, encore jeune et déjà très barbu, co-fondateur du label Def Jam, génial artisan du rap new-yorkais.

C'est Rubin, toujours attentif à l'environnement de ses artistes, qui suggère aux Chili Peppers de s'isoler pour créer leurs chansons. Une fois arrivés dans le manoir de Los Angeles, des fantômes font leur apparition, devant plusieurs témoins. Le batteur Chad Smith refuse de dormir sur place, le guitariste John Frusciante, au contraire, apprécie la compagnie des esprits, lui qui ne va pas tarder à perdre le sien, déstabilisé par la célébrité mondiale qui va bientôt s'abattre sur les Red Hot Chili Peppers.

En quelques semaines de réclusion, le groupe trouve un nouveau son, qui va séduire la terre entière. Un funk lourd, toujours très rock, mais désormais plus accessible, voire mélodique. Under the bridge est l'un des nombreux tubes de l'album Blood Sugar Sex Magik, un morceau dans lequel Anthony Kiedis, fils d'un dealer du showbiz, raconte ses années d'héroïnomane, littéralement sous les ponts. Un autre morceau est dédié au premier guitariste du groupe, Hillel Slovak, mort d'une overdose en 1988. L'album sort en 1991 et propulse les Red Hot au niveau de stars internationales. Leurs fans puristes le déplorent, les autres sont toujours sous le charme de ce disque magique.

"Blood Sugar Sex Magik", l'album charnière des Red Hot Chili Peppers : le conseil d'Ersin Leibowitch
--'--
--'--

Nick Cave, le 5 juillet 2008, à Belfort.
Nick Cave, le 5 juillet 2008, à Belfort. (JEFF PACHOUD / AFP)