franceinfo conso, France info

franceinfo conso. La cigarette électronique et le vapotage

Le vrai du faux sur la cigarette électronique aujourd'hui, avec Adélaïde Robert du magazine "60 Millions de consommateurs".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La cigarette électronique et le vapotage. Ilustration
La cigarette électronique et le vapotage. Ilustration (GETTY IMAGES / CULTURA RF)

Le vrai du faux sur la cigarette électronique avec Adélaïde Robert du magazine 60 millions de consommateursLa cigarette électronique a de plus en plus d’adeptes : plus d’1 million 700 000 personnes en France ! Un succès qui se confirme partout dans le monde, même si on ne connaît pas encore très bien ses conséquences sur la santé.

franceinfo : C’est plus risqué que le tabac ou pas ? 

Adélaïde Robert : Non, au contraire, s’il y a bien un point qui fait consensus c’est celui-là : vapoter est moins risqué que fumer. Du moins si l’on vapote des e-cigarettes légalement commercialisées en France. Il y a eu des complications pulmonaires graves chez des vapoteurs aux États-Unis, mais qui étaient liés à des e-liquides frelatés. Après, cela ne veut pas dire que vapoter soit sans danger : en réalité on ne connaît pas bien les risques des émissions des e-cigarettes à long terme.

Mais justement on sait ce qu’il a dans la fumée ? Quelles substances ?

La e-cigarette ne produit pas de fumée, il n’y a pas de combustion. Or ce qui est le plus toxique dans le tabac ce sont les produits de la combustion. Ce qui peut poser problème dans la e-cigarette, ce sont les additifs et les produits dits néoformés, qui vont se former par réaction chimique entre les ingrédients ou lors du processus de chauffe. 

On dit souvent que vapoter permet d’arrêter de fumer, vrai ou faux ?

Plutôt vrai. À condition d’utiliser une e-cigarette avec de la nicotine car si on a du mal à arrêter de fumer c’est parce qu’on est dépendant à la nicotine de la cigarette. Les preuves sont cependant beaucoup moins solides que pour les substituts nicotiniques, vous diront les spécialistes.

Mais on reste accro à la nicotine avec la cigarette électronique ?

Oui, si la e-cigarette contient de la nicotine, on reste accro à la nicotine, mais le plus important c’est d’arrêter de fumer. En fait pour faire simple, les gens ont du mal à arrêter de fumer à cause de la nicotine car c’est elle la substance qui induit une dépendance. Mais ce n’est pas elle l’ennemi n°1, ce sont tous les composés toxiques présents dans la fumée de tabac. La priorité c’est arrêter la cigarette. Après, on peut s’occuper de se sevrer de la e-cigarette ou des substituts nicotiniques en diminuant progressivement les doses.

Mais est-ce qu’il y a une législation précise sur le contenu des liquides ? 

Oui, les e-liquides sont réglementés. Les fabricants doivent obligatoirement déclarer à l’Anses les ingrédients incorporés dans les e-liquides contenant de la nicotine et un certain nombre sont interdits, comme la caféine. Mais il y a peu de contrôles. Un récent bilan de l’Anses montre que certains e-liquides ont été commercialisés alors qu’ils contenaient des substances interdites. Si l’on regarde au fil des ans, ces cas-là se sont raréfiés mais il y a quand même eu des trous dans la raquette. Et les e-liquides sans nicotine, eux, ne sont pas concernés par cette déclaration préalable.

Ça veut dire que pour les liquides sans nicotine il faut aller chercher l’information ?

Oui, si vous voulez savoir ce que contient votre e-liquide, il faut le demander au fabricant.

Mais de manière générale ces liquides sont fiables ou pas ? Est-ce que les choses se sont améliorées au fil du temps ?

Il y a une plus grande transparence, oui. Et ce qui est rassurant c’est qu’il n’y a eu aucune alerte sanitaire sur des e-liquides commercialisés en France. Les seules alertes ont concerné des liquides faits maisons ou achetés sur le marché noir ou à l’étranger.

Mais autour de moi je vois souvent des gens qui vapotent tout au long de la journée mais qui disent : c'est pas grave, je suis à zéro en nicotine", c’est une bonne chose ça ou pas ?

Pas forcément non. Encore une fois, ce n’est pas la nicotine qu’on cherche à éviter en priorité en arrêtant de fumer mais les produits de combustion. Si vous prenez un e-liquide avec trop peu de nicotine, vous risquez de prendre une clope pour compenser le manque de nicotine entre deux vapotages. Ou vapoter plus, ce qui du coup vous expose davantage aux produits éventuellement toxiques que pourrait contenir la vapeur de votre e-cigarette.

Est-ce qu’on peut vapoter tout en prenant des substituts à la nicotine ?

Oui, c’est même conseillé dans certains cas d’associer un patch. Pour les gros fumeurs, ça peut être intéressant d’avoir un patch qui assure une délivrance régulière de nicotine tout au long de la journée et la e-cigarette (ou des substituts nicotiniques oraux) pour obtenir les petits pics que le cerveau recherche. L’important est d’amener l’organisme à se déshabituer progressivement à la nicotine en diminuant les doses.

Est-ce qu’on peut devenir accro à la cigarette électronique ?

En l’absence de nicotine, aucune étude ne montre un risque d’accoutumance. Mais comme on devient accro à la nicotine, si la e-cigarette contient de la nicotine, oui en théorie on peut devenir accro à la e-cigarette. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est totalement déconseillé à quelqu’un qui ne fume pas de vapoter un e-liquide contenant de la nicotine. Aux États-Unis, des études ont montré que le vapotage chez les jeunes pouvait être une porte d’entrée à la cigarette. Mais aux États-Unis le taux de nicotine autorisé dans les e-cigarettes peut atteindre 59mg/ml. En Europe, il est limité à 20mg/ml, ce qui est plus protecteur. 

Et le sevrage est compliqué ?

En tous cas, les rechutes sont très fréquentes. Les vapoteurs qui tentent d’arrêter de vapoter peuvent avoir besoin de substituts nicotiniques, voire d’un médicament qui nécessite une prescription, donc un accompagnement.

Donc j’imagine qu’il faut absolument dire aux non-fumeurs de ne pas prendre le risque, de ne pas essayer ?

Lapsus ? Non, il faut dire aux non-fumeurs de ne pas prendre le risque d’essayer et féliciter les vapoteurs exclusifs d’avoir réussi à arrêter de fumer.

La cigarette électronique et le vapotage. Ilustration
La cigarette électronique et le vapotage. Ilustration (GETTY IMAGES / CULTURA RF)