L'Allemagne et le Mexique, deux pays champions du temps de travail

Les Allemands ont travaillé plus que jamais en 2023. Les Mexicains eux sont parmi les pays de l'OCDE où les employés travaillent le plus. Mais ces nombreuses heures de travail ne sont pas synonymes de prospérité économique ou de bien-être pour les employés.
Article rédigé par franceinfo, Sébastien Baer - Gwendolina Duval
Radio France
Publié
Temps de lecture : 5 min
Le temps moyen que les Allemands passent au travail est de 34,5 heures par semaine contre 48,5 heures par semaine pour les Mexicains. (GETTY IMAGES)

Le Club des correspondants s'intéresse au temps de travail et s'arrête d'abord en Allemagne où, d'après une étude, les Allemands ont travaillé 55 milliards d'heures en 2023. Un record depuis la réunification du pays en 1990. Pourtant, malgré cette progression du volume de travail, l'économie continue à ralentir. La solution pourrait venir du travail des femmes, encore trop peu employées, selon les économistes.

Direction ensuite le Mexique, ce pays de l'OCDE où les employés travaillent le plus, avec une moyenne de 2 148 heures par an, soit 60% de plus qu'en Allemagne, nettement plus aussi que ses voisins nord-américains. Au Mexique, la dynamique serait plutôt d'essayer de réduire ce temps, alors que ces longues journées ne sont pas sans conséquences sur la santé personnelle des travailleurs.

Allemagne : 33 heures de travail par semaine pour les femmes, 40 heures pour les hommes

Selon les données de l'Institut allemand de recherche économique, les Allemands ont travaillé 55 milliards d'heures en 2023. À titre de comparaison, ce chiffre n'était que de 52 milliards en 1991 et de 47 milliards en 2005, à son niveau le plus bas. C'est donc un record depuis la réunification de l'Allemagne, en 1990. L'explication est simple : si le volume de travail augmente, c'est parce que de plus en plus de femmes ont un emploi. La part de femmes actives est passée en Allemagne de 57% en 1991 à 73% aujourd'hui. Les femmes travaillent en moyenne 33 heures par semaine contre 40 heures pour les hommes.

Malgré cette progression du volume de travail, l'économie continue à ralentir en Allemagne. C'est le signe que le nombre d'heures de travail ne signifie rien ou presque de la prospérité d'un pays. Sinon la Grèce, qui est le pays où l'on travaille le plus au sein de l'Union européenne avec 41 heures hebdomadaires, serait l'une des nations les plus riches d'Europe. En réalité, le nombre de personnes actives en Allemagne n'a jamais été aussi élevé, mais en parallèle, le temps de travail lui diminue. Et comparé aux autres pays européens, il reste faible. Femmes et hommes confondus, les Allemands passent 34 heures et 42 minutes par semaine au travail, alors que la moyenne européenne est à 37 heures. La raison est, notamment, le passage à la semaine de quatre jours dans certaines entreprises, mais aussi à cause du taux d'absentéisme record lié au stress et aux dépressions. On comptait l'année dernière 301 jours d'absence pour 100 salariés, c'est 50% de plus qu'il y a 10 ans. Le temps partiel est aussi très répandu, une femme sur deux travaille à temps partiel.

Augmenter le temps de travail des femmes

L'Allemagne souffre d'un grave déficit de personnel qualifié, près de deux millions de postes sont vacants et selon l'institut économique IFO de Munich, 43% des entreprises ont des difficultés à recruter. Mattis Beckmannshagen, l'auteur du rapport sur le temps de travail, préconise donc de faciliter l'accès des femmes au monde professionnel. "Selon nos statistiques, une mère sur cinq en Allemagne souhaiterait augmenter son temps de travail. Cela indique que famille et travail ne sont pas toujours compatibles en Allemagne. Aujourd'hui, le plus souvent, les deux parents travaillent. Il faut donc améliorer à la fois la capacité et la qualité de la prise en charge des enfants", explique-t-il. La main-d’œuvre féminine est donc un potentiel qui n'est pas suffisamment exploité, selon les économistes. Outre de meilleures capacités d'accueil pour les enfants, certains appellent à une répartition plus équitable des tâches ménagères pour permettre à davantage de femmes de travailler.

Mexique : 75% des Mexicains souffrent de stress au travail

Le temps moyen que les Mexicains passent au travail est de 48,5 heures par semaine. C'est le résultat d'une journée de 8 heures, 6 jours sur 7. C'est la durée maximale légale. Cette durée n'a pas évolué depuis la création de la loi mexicaine du travail dans les années 30, principalement à cause de la prédominance des organisations patronales et de la croyance qu'une régularisation serait préjudiciable à l'économie du pays. Avec les accords de libre-échange et l'ouverture des marchés, on demande au Mexique de fournir une main-d’œuvre pas chère, notamment dans les secteurs manufacturiers et les usines de transformation.

Donc, les salaires sont bas, les employés cherchent à faire des heures supplémentaires ou prendre des tours pendant le week-end. Il s'agit donc de travailler plus pour augmenter ses revenus. Une mécanique qui a pour effet de normaliser les longues journées peu rémunérées. Mais cela n'est pas sans conséquences sur la santé personnelle des travailleurs : 75% des Mexicains souffrent de stress au travail, selon le ministère de la Santé. Plus fatigués, ils ont moins de temps à consacrer à eux-mêmes, que ce soit pour dormir ou manger. Ils ont aussi moins de moments de détente et de disponibilité dans leur vie sociale.

Passer d'une durée de travail hebdomadaire de 48 à 40 heures

En ce moment, il y a dans le pays une volonté politique pour réduire le temps de travail des Mexicains. Le Parlement devrait discuter dans ces prochains jours d'une diminution de la durée de travail hebdomadaire de 48 heures à 40 heures. Il s'agirait d'imposer un deuxième jour de repos par semaine. Mais pour des questions d'agenda politique, le débat pourrait être repoussé une énième fois et la proposition de loi mise en attente jusqu'aux prochaines élections. Il y a néanmoins déjà eu des avancées, puisqu'en 2023 le Mexique a doublé le nombre de jours de congés annuels pour les employés. Ils sont passés de six à douze jours. C'est encore peu et en dessous des recommandations de l'Organisation internationale du travail. Elle préconise un minimum de 18 jours de congés par an dans l'intérêt du bien-être des travailleurs et de la productivité des entreprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.