Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : La Pologne et l'Allemagne souhaitent mettre fin à leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui, direction Berlin et Varsovie qui envisagent de se passer du pétrole venant de Russie d'ici la fin de cette année 2022.

Article rédigé par franceinfo - Damien Simonart, David Philippot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
Des militants de Greenpeace bloquent l'entrée principale de la raffinerie PCK à Brandebourg en Allemagne, le 15 mars 2022. (PATRICK PLEUL / DPA-ZENTRALBILD)

Amplifier la pression sur la Russie tout en minimisant les dommages collatéraux sur les Vingt-Sept, c’est le difficile équilibre que cherche à trouver l’Union européenne avec son sixième paquet de sanctions. Bruxelles prépare des "sanctions intelligentes" contre les importations de pétrole russe, rapporte lundi 25 avril le quotidien britannique The Times, citant le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Au centre des discussions, la question d'un embargo sur le pétrole russe. L'Allemagne et la Pologne se préparent, en tout cas, à faire fonctionner leur économie sans l'or noir venant de Russie.  

En Allemagne, plus d’importation de pétrole russe d’ici la fin de l’année  

L’Allemagne, malgré sa forte dépendance au pétrole venu de Russie, semble sur le pas de franchir le pas de l’embargo. C’est ce qu’a confirmé après beaucoup de tergiversations du gouvernement allemand, la ministre des Affaires étrangères lors d’une visite dans les pays baltes. Annalena Baerbock a fait une promesse : plus d’importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année. C’est le fruit de pressions externes, les pays baltes bien plus dépendants ont déjà stoppé leurs importations d’hydrocarbures russes.

Des pressions de plus en plus fortes se font également ressentir en interne. "Plus d’argent pour le pétrole et le gaz russe. Plus de commerce avec la Russie. Nous devons arrêter de financer la guerre sanguinaire de la Russie", pouvait-on entendre dans un discours enregistré lors d’une manifestation pacifiste il y a quelques jours à Berlin. Avant que les manifestants, sur l’avenue principale de Berlin, réclament un embargo sur le gaz et le pétrole russe. L’Allemagne, qui importe de Russie un tiers de sa consommation de pétrole, va réduire sa consommation de moitié d’ici l’été avant de stopper totalement les importations russes d’ici la fin de l’année.    

Ce ne sera pas une mince affaire car l’Allemagne est le deuxième pays importateur de pétrole en provenance de Russie. Le ministre de l’Économie encourage déjà les entreprises et les ménages à baisser leur consommation, à investir dans l’électrique. L’Allemagne comme le reste de l’Europe va se tourner vers les autres pays de l’OPEP pour compenser le manque. Mais l’industrie alerte contre une flambée des prix de l’essence et les économistes sont divisés. Certains pointent les risques de fermeture d’usine dans la chimie ou le traitement des hydrocarbures. D’autres mettent en avant l’Histoire avec un grand H et une casse limitée en comparaison d’une guerre et de son financement par les capitaux allemands. L’Allemagne se dit dépendante au gaz russe jusqu’à l’été 2024.

La Pologne plaide pour la "dérussification" de l’économie européenne

 

La Pologne est l’un des plus fervents partisans de sanctions strictes contre la Russie. Dans l’absolu, le gouvernement nationaliste polonais appelle à cesser toute importation d’hydrocarbures russes. Le Premier ministre Mateusz Morawiecki a été le premier à parler de "dérussification" de l’économie européenne. À chaque conférence de presse, il souligne l’importance d’arrêter de financer "la machine de guerre" de Vladimir Poutine. Faute d’embargo européen, la Pologne a proposé il y a un mois de taxer les hydrocarbures russes pour qu’il ne soit plus aussi avantageux qu’avant pour les pays importateurs d’en acheter. Varsovie affirme vouloir ainsi rendre le commerce et les règles économiques sur le marché européen équitables.  

Il semblerait que la voix de la Pologne ait été entendue puisque dans son nouveau paquet de sanctions contre Moscou, le sixième, la Commission européenne envisagerait justement l’imposition des droits de douane sur les exportations de pétrole au-delà d’un certain plafond de prix.     

À en croire les déclarations de Mateusz Morawiecki, la Pologne souhaite mettre fin à ses importations de pétrole russe d’ici la fin de l’année. L’objectif semble toutefois difficilement tenable car d’après les chiffres de 2020, la Pologne était le 3e pays de l’Union européenne le plus dépendant du pétrole russe. Deux tiers de ses importations provenaient en effet de Russie. Le gouvernement polonais est toutefois confiant et pense pouvoir tenir son objectif car la Pologne dispose de l’infrastructure nécessaire sur la mer Baltique pour importer du pétrole par voie maritime. Elle le fait d’ailleurs déjà. Les pétroliers arrivent notamment de Norvège et d’Angola. Mais la liste des fournisseurs peut s’allonger. On parle notamment des états-Unis, du Venezuela mais surtout de l’Arabie Saoudite et de l’Iran. Concernant ces deux derniers, la politique pétrolière dépendra toutefois de leur proximité avec Moscou.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.