Le club des correspondants, France info

Covid-19 : trois exemples de pays où la vie culturelle a repris

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qui se passe ailleurs dans le monde. Direction l'Australie, le Québec et Taiwan où le monde de la culture connaît un "retour à la normale".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration concert.
Illustration concert. (JOAQUIN SARMIENTO / AFP)

Alors qu'en France, une grande partie du monde médical réclame un reconfinement plus strict notamment dans une tribune publiée dimanche 28 mars dans le Journal du Dimanche, la vie culturelle reprend dans d'autres régions du monde notamment en Australie, au Québec et à Taïwan.

En Australie, la vie culturelle reprend avec quelques restrictions

L’Australie est l’un des pays les moins affectés au monde par la pandémie de coronavirus. Depuis un moment, la vie culturelle a repris dans le pays. Les cinémas, les théâtres, les musées sont déjà rouverts depuis plusieurs mois, avec quand même quelques restrictions. Par exemple, dans l’État de Victoria où se trouve la ville de Melbourne, la capacité d’accueil des lieux culturels reste limitée à 75% et ne peut dépasser le seuil de 1 000 personnes. En revanche, le port du masque n’y est plus obligatoire, il est seulement fortement recommandé. C’est à peu près pareil à Sydney, à la différence qu’aujourd’hui, il y a eu un nouvel allègement des restrictions. La capacité d’accueil des lieux culturels a été relevée à 100%, et plus important encore, il est de nouveau possible de danser, dans les bars et les boites de nuit. Jusqu’à présent, on pouvait y aller, mais il fallait rester assis.

Un "retour à la normale" mais il reste quand même une obligation à laquelle on ne peut pas se soustraire. Quand vous assistez à un événement culturel, quel qu’il soit, il faut renseigner son nom et ses coordonnées en flashant un QR code qui se trouve généralement à l’entrée. C’est d’ailleurs quelque chose qu’il faut faire aussi si vous allez au restaurant ou simplement prendre un café. Vu de Paris, cela fait un peu rêver mais il faut préciser quand même que cette liberté retrouvée reste malgré tout fragile. Les autorités n’hésitent pas à taper dur et fort contre le Covid-19. L’État du Queensland vient d’annoncer le reconfinement, pour trois jours de la ville de Brisbane, et ce simplement parce qu’on y a recensé au cours du week-end quatre nouveaux cas de coronavirus.

Au Canada, reprise des activités culturelles au Québec

Le nombre de contaminations semblant contenu dans la province du Québec, avec 1 000 cas quotidiens en moyenne, les autorités politiques autorisent donc petit à petit, la reprise des activités culturelles. Ce n’est pas encore la bamboche à Montréal, mais c’est vrai que d’assouplissements en assouplissements, et avec un couvre-feu repoussé à 21h30, cela commence à ressembler à une vie culturelle "normale". Après les musées puis les cinémas, depuis vendredi dernier, les salles de spectacle peuvent de nouveau accueillir jusqu’à 250 personnes avec masque obligatoire et 1,50 m de distance entre les spectateurs. Quand elle a appris la nouvelle à son équipe, la directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde Lorraine Pintal a vécu un grand moment d’émotion : "Les gens applaudissaient... Ça fait tellement longtemps qu’on attend et on a vécu quand même un mois de septembre en 2020 qui laissait envisager une meilleure période. Le premier soir, ça va être la fête !"

Mais tout le monde espère que cette réouverture sera la bonne, car malgré une petite éclaircie en septembre, depuis le début de la pandémie, les théâtres sont restés fermés dix mois au total. Les arts vivants sont l’un des points forts de la ville, notamment l’été où Montréal vit au rythme de ses très nombreux festivals : Francofolies, festival de jazz, festival juste pour rire. L’été dernier, la plupart des festivals avaient dû se tenir en ligne. Donc aujourd’hui, une petite brise d’optimisme souffle sur la ville, ses producteurs, ses artistes et évidemment ses spectateurs.

Les lieux culturels suivent un protocole strict à Taïwan

L’archipel de 24 millions d’habitants, situé au large de la Chine, ne compte aucun nouveau cas de contamination depuis presque deux mois. Taïwan vit une situation proche de la normale avec les cinémas, les théâtres et même les boîtes de nuit qui sont ouverts. Cela est surtout du à la réussite de Taïwan face à la pandémie. Une réussite qui, il faut le rappeler, se base sur une quarantaine obligatoire à l’entrée du pays. Mais Taïwan continue aussi d’appliquer la méthode dite du "tracer-isoler". Pour rester ouverts, les lieux culturels doivent donc suivre un protocole strict défini par le gouvernement.

Ce week-end avait lieu un des rares festivals de musique au monde, dans le sud de Taïwan, à Kaohsiung, avec 25 000 personnes sur deux jours. L’édition avait été annulée en 2020, les Taïwanais se sont donc rués pour venir à la fête. "On demande d'abord aux gens de porter un masque, explique Madame Lu, membre de l’équipe du festival à propos du protocole sanitaire. Il y a des lieux désignés où on peut enlever son masque pour manger et boire. Ensuite, pour les salles en intérieur, on prend systématiquement la température et on demande aux gens de donner leur nom et numéro de téléphone. Si quelqu’un est malade, on peut facilement savoir qui était dans la salle au même moment. On sait que tout ça c’est très contraignant mais on a vu aujourd’hui que la plupart des gens respectent." Seul problème, aucun artistes étranger n’a pu venir cette année en raison du système de quarantaine. Mais cela a aussi permis aux Taïwanais de découvrir de nouveaux groupes locaux, qui n'avaient pas été invités jusqu'alors.

Illustration concert.
Illustration concert. (JOAQUIN SARMIENTO / AFP)