Le brief politique, France info

Jean-Luc Mélenchon fragilisé après les européennes mais toujours en lice pour 2022

Le chef de file de La France insoumise se "repose" et doit s'exprimer dans quelques jours. Ses amis assurent qu'il est toujours "la bonne personne" pour la prochaine présidentielle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste de La France insoumise aux européennes, Manon Aubry.
Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste de La France insoumise aux européennes, Manon Aubry. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Même la députée LFI Clémentine Autain, très critique à l'égard de la ligne politique fixée par Jean-Luc Mélenchon "ne le voit pas abandonner le combat" et se dit persuadée que "sa perspective reste 2022". Le quatrième homme de la présidentielle de 2017 est silencieux depuis le soir des élections européennes, où son mouvement n'a récolté que 6,31% des voix. Il se "repose" et "attend que la poussière retombe", a-t-il écrit samedi 1er juin sur son blog. Mais il ne vit pas pour autant en ermite depuis 10 jours et les élections européennes : "Il participe à toutes nos réunions", assure un de ses très proches amis, qui le décrit "touché", "marqué", mais "toujours leader naturel de notre espace politique".

Mais les défaites ouvrent toujours des brèches : Clémentine Autain prévoit d'appeler dans une tribune à un grand rassemblement de la gauche radicale. Une démarche qu'ont un peu de mal à comprendre ces mêmes amis de Jean-Luc Mélenchon. Le leader de la France Insoumise propose déjà, rappellent-ils, une grande "fédération populaire". De là à penser que Clémentine Autain commence à préparer l'après-Mélenchon, il n'y a qu'un pas.

François Ruffin reste en retrait

Ces tensions internes n'intéressent pas du tout François Ruffin, lui aussi membre du groupe LFI à l'Assemblée et plutôt indépendant par rapport au mouvement. Le député propose, avec entre autres l'ex-ministre de l'Écologie Delphine Batho, d'interdire les vols intérieurs en avion lorsque le trajet est faisable en train dans un délai équivalent. 

Il a été très agacé lundi 3 juin par la question d'un journaliste : "Est-ce que cette proposition n'est pas aussi une façon de remettre du vert dans la machine pour relancer le moteur ?" Réponse exaspérée de François Ruffin : "Si vous me ramenez sans cesse à des histoires de tambouille, vous allez faire un député qui va se barrer en plus ! Parce que je n'ai pas envie de ça."

Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste de La France insoumise aux européennes, Manon Aubry.
Jean-Luc Mélenchon et la tête de liste de La France insoumise aux européennes, Manon Aubry. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)