INFO FRANCEINFO. Deux réformes seront annoncées début 2023 pour améliorer la rénovation énergétique des copropriétés

écouter (3min)

Le gouvernement se mobilise sur le sujet car dès le 1er janvier 2025, il ne sera plus possible de louer les logements classés G. En 2028, ce sont les logements F qui seront interdits à la location.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des travaux d'isolation extérieure d'un immeuble avec de la laine de verre, à Cesson-Sévigné près de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 23 décembre 2013. (MARC OLLIVIER / MAXPPP)

Deux réformes seront annoncées en janvier 2023 pour améliorer la rénovation énergétique des copropriétés, selon les informations de franceinfo. Le ministre délégué chargé de la Ville et du Logement, Olivier Klein, travaille sur un "quorum" pour déclencher les travaux de rénovation : seul l'accord de la moitié (50%) des copropriétaires sera alors nécessaire pour voter une rénovation énergétique contre les 2/3 aujourd'hui. Pour faciliter l’organisation d’assemblées générales extraordinaires, elles pourront se tenir à distance. Cela permettra d'éviter d’avoir à attendre un an entre chaque AG afin de voter ces travaux.

>> Immobilier : quand la future interdiction de la location des passoires énergétiques "bloque le marché"

Les chiffres des rénovations énergétiques des copropriétés sont mauvais. Elles ne représentent que 1% des dossiers déposés dans le cadre du dispositif "MaPrimeRenov". Ces logements sont difficiles à rénover car pour réhabiliter un immeuble entier, il faut l'accord d'une grande partie des copropriétaires. En France, 30% des logements sont en copropriété, cela représente dix millions d'appartements et un million de passoires thermiques. Les travaux de rénovation coûtent cher, 20 000 euros par copropriétaire, et beaucoup ignorent que les aides peuvent être très importantes et qu’il existe des prêts à taux zéro pour financer le reste à charge.

Les mesures prévues par le gouvernement sont déjà critiquées. La Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) dénonce déjà des mesurettes. Selon elle, les propriétaires qui louent des passoires thermiques sont souvent peu sensibles aux questions de dépenses énergétiques. Si le gouvernement se mobilise c'est parce que dès le 1er juillet 2023, il ne sera plus possible de louer les logements classés G. En 2028, ce sont les logements F qui seront interdits à la location. Cela représente 40% du parc locatif privé à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.