Le brief politique, France info

Débat sur la politique migratoire : grosses tensions à venir dans la majorité

Ce débat voulu par le président de la République est prévu le 30 septembre à l'Assemblée nationale. Il risque fort de déchirer le groupe macroniste.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Edouard Philippe et Christophe Castaner (alors ministre délégué aux Relations avec le Parlement) à l\'Assemblée nationale le 24 octobre 2017
Edouard Philippe et Christophe Castaner (alors ministre délégué aux Relations avec le Parlement) à l'Assemblée nationale le 24 octobre 2017 (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Le sujet est inflammable", prévient un député marcheur très influent. Le gouvernement en est conscient, puisque mardi dernier, lors de la réunion du groupe La République en Marche à l'Assemblée, le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur sont venus selon lui en "opération déminage". "Christophe Castaner nous a appelés à ne pas faire d’idéologie, raconte ce cadre du mouvement présidentiel. Mais c'est sûr que les discussions seront cinglantes". Ce sera le cas notamment sur l'aide médicale d'Etat (AME), destinée aux sans-papiers et dont le gouvernement envisage de revoir les modalités. La question hautement sensible des quotas ("objectifs", préfère-t-on dire au gouvernement) devrait aussi être abordée.

Les sujets régaliens au coeur de la prochaine présidentielle

Des questions essentielles pour l'exécutif. Dans la perspective de 2022, "l'accent va être mis sur le régalien", confie un conseiller de Matignon. Immigration, sécurité, laïcité... La consigne a été passée aux députés : "Immergez-vous, imprégnez-vous de ces sujets !" Sujets qui vont donc rythmer cette deuxième partie du quinquennat Macron et qui devraient provoquer de grosses tensions dans la Macronie, à l'approche des municipales.

Edouard Philippe et Christophe Castaner (alors ministre délégué aux Relations avec le Parlement) à l\'Assemblée nationale le 24 octobre 2017
Edouard Philippe et Christophe Castaner (alors ministre délégué aux Relations avec le Parlement) à l'Assemblée nationale le 24 octobre 2017 (ERIC FEFERBERG / AFP)