Cet article date de plus d'un an.

Assemblée nationale : "terrorisés", des députés "Ensemble !" veulent être reçus à l'Elysée

Ces députés, élus avec le soutien d’Emmanuel Macron, attendent un signal de l’Elysée. Une invitation, un message… pour les rassurer.

Article rédigé par franceinfo - Neïla Latrous
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée, le 7 juin 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

Quand il faut rassurer, c’est qu'il y a des inquiétudes. Quels sont les plans du président ? Est-ce qu’il pense vraiment pouvoir gouverner en allant chercher voix par voix, selon les textes, la majorité qui lui manque ? Est-ce qu’il gagne du temps avant une dissolution irrémédiable ? "Tout le monde est terrorisé", glisse un député francilien. "Ceux qui ont été élus à quelques voix près craignent la dissolution", détaille une députée, pourtant réélue largement, quand l’un de ses collègues du groupe En Marche décrit une "perte de repères".

>> Législatives 2022 : suivez l'actualité politique en direct

En cause : le lien avec l’Elysée s'est distendu depuis les départs de Richard Ferrand et Christophe Castaner. Les deux se faisaient les porte-voix de la parole présidentielle au Palais Bourbon. Et aidaient à comprendre et clarifier la stratégie d’Emmanuel Macron. Les deux ne siègent plus. D’où l'invitation faire à Emmanuel Macron à reprendre langue de manière plus directe avec ses députés. "Il ne serait pas absurde que le président nous parle", glisse un jeune élu. "Quand est-ce qu’il va nous réunir ?", s’impatiente en écho un ancien ministre. 

La réponse de l'Elysée

À ses interrogations, l'Elysée répond...  qu’il faut être patient. Il y a un contexte international lourd qui occupe une partie de l’agenda, et les législatives ont eu lieu il y a à peine dix jours. Mais les députés seront reçus, assure l’entourage du chef de l’Etat, sans avancer de date, mais en rappelant qu’au cours du mandat précédent, Emmanuel Macron a reçu les parlementaires à plusieurs reprises, "plutôt en fin de session".

Le bon moment, à en croire une source gouvernementale, "c’est quand il aura des réponses à apporter". Il y a une image qui tourne dans l’exécutif : celle de l’avion au décollage, qu’il faut encore stabiliser. D’où cette phrase d’un ministre : "Le président verra les députés quand il pourra dire : détachez vos ceintures."

Les consignes de Macron

En attendant de recevoir les députés nouvellement élus, Emmanuel Macron soigne ceux qui ont été battus. Son entourage fait savoir que "la consigne a été passée explicitement et très personnellement par le président pour que chaque personne qui a œuvré à ses côtés ces cinq dernières années ne se retrouve pas seule".

Pas question de laisser s’installer la musique d’un président inattentif aux état d’âmes de ses soutiens… L’accompagnement va se faire à deux niveaux : le parti En Marche d’un côté, le groupe à l’Assemblée nationale de l’autre.

La présidente du groupe Aurore Bergé en a d’ailleurs fait l’annonce mardi en réunion : une collaboratrice est désignée pour aider les députés qui ont perdu leur circonscription. Gérald Darmanin, qui était à cette réunion, a eu ces mots : "Les battus d’hier sont potentiellement les élus de demain." Rien n’est faux dans cette phrase du ministre de l'Intérieur. Mais il est aisé d'imaginer les interprétations auxquelles elle donne lieu autour d’une dissolution à un moment ou un autre du quinquennat qui s’ouvre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.