Le brief éco. Les artisans abordent la rentrée avec optimisme

écouter (3min)

La fin du "quoi qu’il en coûte" ne semble pas entamer le moral de ces professionnels, contrairement aux patrons de plus grandes entreprises.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une boulangère enfourne du pain, à Paris, le 8 janvier 2020.
 (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Selon l'Insee, le climat des affaires a poursuivi sa décrue en août chez les chefs d’entreprises. Rien de tout cela chez les artisans dont le moral s’améliore si l’on en croit le dernier sondage réalisé par CMA France, le réseau national des Chambres des métiers de l’artisanat : huit professionnels sur dix estiment que l’évolution de leur activité va se stabiliser, voire s’améliorer, dans les six prochains mois.

L’alimentation se porte globalement bien et recrute des apprentis en formation. Idem pour les secteurs des services et de la fabrication. Un chiffre montre la résilience des artisans en période de crise : le nombre de disparitions d’entreprise de cette branche l’année dernière, environ 90 000, a été inférieur de 5 à 10% à 2018 et 2019. Mieux : le nombre d’immatriculations au registre du commerce sur le premier semestre de cette année  a augmenté. 31 500 entreprises artisanales ont vu le jour entre janvier et juin.

Rôle des territoires

La proximité joue un rôle essentiel dans ce dynamisme. Par définition, les artisans sont proches du terrain et les métiers représentés – plombiers, professionnels du bâtiment, boulangers – confirment leur rôle majeur dans notre quotidien. Ce qui fait dire au président des Chambres des Métiers et de l’Artisanat, Joël Fourny, que l’économie de proximité est un vrai pilier de la relance. Mais les CMA de France restent vigilantes. Les entreprises du secteur doivent elles aussi faire face à la pénurie de main-d’œuvre et à l’augmentation du coût des matières premières.

Poids de l’artisanat en France

La branche représente 1 700 000 entreprises, un peu plus de trois millions d’emplois et 12% de notre Produit Intérieur Brut, le PIB (la richesse nationale produite chaque année), soit environ 300 milliards d’euros. Leurs défis urgents sont la formation, le numérique et la transmission aux nouvelles générations : 130 000 entreprises artisanales sont à reprendre dans les deux prochaines années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.