Le brief éco, France info

Le brief éco. Buffalo Grill avale Courtepaille

L’enseigne de restaurants de grillades Courtepaille est rachetée par Buffalo Grill. La marque très visible au bord des routes n’a pas supporté le choc de la crise sanitaire, la justice a rendu son jugement vendredi 25 septembre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un restaurant Courtepaille à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Un restaurant Courtepaille à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). (HAJERA MOHAMMAD / FRANCE-BLEU PARIS)

Le tribunal de commerce d’Ivry a tranché. L’offre de Buffalo Grill, célèbre pour ses toits rouges à la périphérie des villes, a été préférée à celle du géant français Groupe Bertrand. Né restaurant familial en 1961 en Bourgogne sur les bords de la Nationale 6, aujourd'hui propriété d'un fonds d’investissement britannique, Courtepaille avait été placé en redressement judiciaire fin juillet après une sévère chute d’activité due à la pandémie de Covid-19 et le refus d’un prêt garanti par l’État. Son chiffre d’affaires de 190 millions d’euros l’an dernier a chuté de 40% ces derniers mois.

Le tribunal a jugé le dossier Buffalo Grill mieux offrant, tant sur le plan social que financier. La maison-mère de Buffalo Grill – un fonds britannique là aussi – s’engage à reprendre 2 200 salariés de Courtepaille sur les quelque 2 500 que compte le groupe. Quant au prix de reprise, il s’élève à 17 millions d’euros pour près de 190 restaurants et 90 franchises. L’offre britannique a été préférée à la française.

Revers pour Groupe Bertrand

L’entreprise française convoitait Courtepaille pour renforcer sa présence dans la restauration. Bertrand est le premier groupe de restauration indépendant en France avec à la carte Burger King, Quick, mais aussi dans un autre genre de beauté : la concession de la restauration du château de Versailles, la brasserie Lipp et le Procope à Paris, les salons de thé Angelina… Groupe Bertrand est toujours à l’affût des bonnes affaires même en cette période de crise dans l'hôtellerie-restauration. Dynamisme incarné par le patron Olivier Bertrand, la cinquantaine, Auvergnat, ancien employé de banque, sans même le bac en poche, aujourd’hui à la tête d’un empire de 31 000 collaborateurs et 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Courtepaille ne figurera donc pas à son tableau de chasse déjà bien garni.  

Un restaurant Courtepaille à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Un restaurant Courtepaille à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). (HAJERA MOHAMMAD / FRANCE-BLEU PARIS)