L'enseigne de restaurants Courtepaille reprise par Buffalo Grill, un peu plus de la moitié des emplois conservés

Courtepaille avait été placé en redressement judiciaire en juillet. Le projet de son rival Buffalo Grill était celui qui prévoyait le moins de suppressions de poste.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un restaurant de l'enseigne Courtepaille dans une zone commerciale à Valence (Drôme), le 7 août 2020. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

La justice a choisi l'offre de Buffalo Grill pour reprendre la chaîne rivale de restaurants Courtepaille, placée en redressement judiciaire en juillet sur fond de crise économique liée au Covid-19. Le tribunal de commerce d'Evry (Essonne) l'a annoncé vendredi 25 septembre.

L'offre de Buffalo Grill s'élève à 17 millions d'euros et prévoit la reprise de 2 208 des 4 000 salariés. Elle a été jugée "mieux disante" sur le plan social et financier que l'autre proposition, de l'entreprise Groupe Bertrand.

Le chiffre d'affaire avait chuté de 40% en 2020

Le fonds TDR, actionnaire du repreneur Buffalo Grill, a par ailleurs "su consentir des efforts financiers déterminants dans un passé récent" et ainsi démontré "qu'il était capable de fournir un effort significatif" pour soutenir Courtepaille, a jugé le tribunal, qui trouve le business plan "plus ambitieux" que celui de l'offre concurrente.

Propriété du fonds britannique ICG depuis 2011, Courtepaille avait été placé en redressement judiciaire le 29 juillet après une chute d'activité due au coronavirus et le refus d'un prêt garanti par l'Etat. L'enseigne de restaurants familiaux née en 1961 a vu son chiffre d'affaires, de 190 millions d'euros en 2019, chuter de 40% depuis le début de l'année.

"La CGT est complètement satisfaite de ce jugement", a déclaré à l'AFP Pascal Zoublir, délégué CGT de l'entreprise. "Il y aura moins de licenciements. Buffalo était notre candidat préféré. Pour nous, le critère premier a toujours été l'emploi".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.