Automobile : les ventes de voitures dans le creux de la vague en octobre

écouter (3min)

Jamais depuis 1990 les constructeurs automobiles n’ont vendu aussi peu de voitures neuves en octobre. Les chiffres publiés par l’organisation des fabricants européens montrent l’ampleur de la crise que traverse le secteur.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des véhicules neufs de marque Peugeot dans une concession automobile à Montbéliard (Doubs). (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Avec 665 000 voitures neuves vendues sur le continent le mois dernier, les immatriculations ont reculé de 30% par rapport à octobre 2020. C’est en effet le plus bas niveau depuis qu’existent les statistiques de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), il y a 31 ans. Octobre 2021 marque le quatrième mois consécutif de baisse pour le marché européen. L’automne 2020 avait marqué un fort rattrapage par rapport au printemps paralysé par le Covid mais l’embellie a fait "pschit".

L’ensemble des principaux marchés marque un fort recul en octobre : l’Italie affiche une chute de 36% ; l’Allemagne 35% ; la France moins 31% ; l’Espagne 20%. Désormais hors Europe, le Royaume-Uni a vu ses ventes reculer de 25% le moins dernier. La pénurie de composants électroniques s’est ajoutée aux effets de la crise sanitaire. En Allemagne, France et Espagne, les usines automobiles ont enchaîné les mois de fermeture. Selon le cabinet Alix Partners, les pénuries de semi-conducteurs pourraient empêcher la production de près de huit millions de véhicules dans le monde sur l’ensemble de l’année.

D'ici peu, le bout tunnel

Le contexte économique reste très incertain. Il y a la hausse du prix des matières premières, à quoi s’ajoutent des problèmes logistiques comme les goulets d’étranglement dans les grands ports mondiaux. Tout cela va continuer à peser sur la production mais les géants de l’automobile interrogés semblent voir le bout du tunnel pour la fin de cette année, début 2022. En tous cas, ce trou d'air d'octobre rebat les cartes du classement européen des constructeurs : Volkswagen perd sa place de numéro un au profit du français Stellantis (ex-PSA). Renault est sur la troisième marche du podium.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.