Le billet sciences, France info

Une capsule temporelle piégée en Arctique et découverte beaucoup plus tôt que prévu

Ils pensaient laisser leur souvenir dans les glaces de l’Arctique pour 50 ans, mais c’était compter sans le réchauffement climatique. Les passagers d'un brise-glace avaient laissé une capsule temporelle sur la banquise. Elle a été retrouvée le mois dernier sur les côtes nord-irlandaises.  

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Connor McClory et Sophie Curran avec la capsule temporelle découverte sur une plage du comté de Donegal en novembre 2020.
Connor McClory et Sophie Curran avec la capsule temporelle découverte sur une plage du comté de Donegal en novembre 2020. (CONOR MCCLORY/SOPHIE CURRAN)

Des surfeurs irlandais ont découvert le mois dernier un mystérieux cylindre métallique: une capsule temporelle rendue à la mer par les glaces de l’Arctique beaucoup plus tôt que prévu. L’histoire commence un peu comme un conte de Noël mais en plein mois d'août. Une centaine de passagers font une belle croisière vers le pôle Nord à bord d'un brise-glace russe, le "50 ans de victoire" : ces bateaux qui fendent la banquise et qui permettent même parfois de descendre et d'aller marcher dessus. Un petit groupe de passagers décident alors de laisser leur trace, avec une capsule temporelle qu’ils vont piéger dans les glaces de l’Arctique. Ils enferment dans un cylindre métallique, des objets de leur quotidien: un menu du restaurant, des bouchons de vins, des sous-bocks de bières, des photos, des poèmes. Dans une lettre, ils écrivent : "Devant nous, une étendue glacée à perte de vue : quand cette capsule sera découverte, nous pensons qu’il n’y aura malheureusement plus de glace en Arctique", et ils laissent leur cylindre près du pôle Nord.

La capsule retrouvée deux ans après

Nos explorateurs du pôle ont laissé leur capsule en août 2018 et le mois dernier, soit à peine deux ans plus tard, deux surfeurs de la côte ouest de l’Irlande du Nord ont découvert leur cylindre métallique sur leur spot préféré dans le comté de Donegal, à 3 700 km de là où il avait été piégé dans la banquise. Les surfeurs ont mis un petit moment avant de comprendre ce que c’était. Ils ont cru d'abord à une bombe puis à une urne funéraire ; mais grâce à un ami russe, ils ont même réussi à retrouver l’un des passagers du brise-glace. Ce dernier leur a dit qu’ils pensaient que leur capsule temporelle ne serait pas découverte avant 30 ou 50 ans. 
 

L'Arctique, zone d'un réchauffement rapide

Pour les chercheurs, cette histoire confirme que ce qu’ils observent et modélisent depuis des années. L’Arctique est la région du globe où le réchauffement est le plus rapide et le plus visible. La température y a augmenté de 1°C cette dernière décennie. La banquise fond en juillet-août et se reforme l'hiver, mais l'été dernier elle a atteint son deuxième plus bas niveau en 40 ans d’observation satellite. Selon une étude publiée dans la revue Nature Climate Change, la banquise pourrait complètement disparaître l’été d’ici 2035. Ce n’est donc pas l'endroit le plus sûr pour y installer une capsule temporelle. 

Connor McClory et Sophie Curran avec la capsule temporelle découverte sur une plage du comté de Donegal en novembre 2020.
Connor McClory et Sophie Curran avec la capsule temporelle découverte sur une plage du comté de Donegal en novembre 2020. (CONOR MCCLORY/SOPHIE CURRAN)