Santé : que sait-on de ces cas d’hépatites d’origine inconnue chez des enfants au Royaume-Uni ?

écouter (3min)

Des dizaines d’enfants touchés par une hépatite d’origine inconnue. L’Organisation mondiale de la santé lance des recherches sur des cas d'inflammations du foie signalées en Grande-Bretagne.

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Entrée des urgences à l'hôpital Saint Thomas à Londres (Grande-Bretagne). (SOPA IMAGES / LIGHTROCKET via GETTYIMAGES)

L’alerte est partie d’Ecosse le 5 avril dernier, où une dizaine d'enfants de moins de 10 ans ont été touchés par une inflammation sévère du foie. Jaunissement des yeux et de la peau, urines foncées, maux de ventre : les symptômes sont typiques de l’hépatite, explique l’Agence de sécurité sanitaire britannique. Mais à l'issue des tests en laboratoire, les virus "classiques" de l’hépatite A, B, C, D, E, ont été exclus.
Et, après enquête, ce sont au total 74 cas de cette hépatite inconnue qui ont été recensés au Royaume-Uni. Trois cas ont également été signalés en Espagne.
L’OMS ne déplore heureusement aucun décès mais six enfants ont dû subir une transplantation hépatique.

Les autorités britanniques creusent trois pistes pour déterminer l'origine de cette hépatite : celle d'une contamination d'origine alimentaire (par de l'eau ou des aliments mal lavés), celle d'une origine environnementale, mais surtout, explique le professeur Yazdan Yazdanpanah, qui dirige l'Agence sanitaire ANRS / maladies infectieuses émergentes, la cause peut être infectieuse et virale.

Adénovirus

Un groupe de virus, les adénovirus, qui sont à l'origine de certains rhumes ou infections respiratoires, pourraient être à l'origine de ces hépatites, explique t-il, car ces adénovirus ont été détectés chez plusieurs enfants concernés par ces hépatites. Leur rôle dans le développement de la maladie n’est pas encore certain, mais c’est une piste sérieuse. Par ailleurs, d’autres enfants ont été testés positifs au SARS-Cov-2, et c’est une autre piste d'enquête. En revanche, tout lien avec la vaccination anti-Covid est écarté, car aucun des enfants touchés au Royaume-Uni n'était vacciné.

Dès l’annonce de ces signalements, Santé publique France a interrogé son réseau de spécialistes et exploré les données de passages aux urgences à l'hôpital. À ce stade, indique la direction générale de la santé, il n’y a pas d'augmentation du nombre de cas d’hépatite aiguë chez les enfants signalée en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.