Régulation des écrans pour les jeunes : établir un consensus sur leur usage reste complexe

Lors de sa conférence de presse à l'Elysée, mardi soir, le chef de l'État a appelé à des mesures pour reprendre "le contrôle de nos écrans" et de leur usage par les enfants. Des experts récemment nommé doivent rendre leurs premiers travaux sur la question fin mars.
Article rédigé par Anne Le Gall
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise aux parents d'interdire les écrans aux enfants avant trois ans et de limiter l'utilisation à une heure par jour avant cinq ans. (photo d'illustrtion, le 25 mai 2023). (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS)

Comment mieux réguler l'accès aux écrans pour les plus jeunes ? C'est une question qu'a soulevé Emmanuel Macron mardi 16 janvier lors de sa conférence de presse. Un comité vient d'être nommé par le président de la République pour plancher sur le sujet et il a deux mois pour rendre ses conclusions. 

Ce comité est composé de 10 experts. Psychiatre, neurologue, spécialistes de l’éducation ou de l’industrie numérique, le groupe de travail a pour mission d'établir une synthèse de l’impact des écrans sur la santé des moins de 18 ans, d'évaluer l’efficacité des dispositifs de régulation existants (comme le contrôle parental ) et de proposer d’ici fin mars un consensus scientifique sur le bon usage des écrans. Rappelons qu'en France, l’usage des jeux vidéo est préoccupant pour un adolescent sur huit et qu’à 15 ans, 5% des garçons et 11% des filles ont un usage problématique des réseaux sociaux.

L'impact des écrans dépend de nombreux facteurs 

Il y a déjà eu énormément d’études sur l’impact des écrans. Mais établir un consensus sur leur usage reste compliqué car même si les études sont nombreuses, leurs conclusions sont souvent nuancées et le sujet complexe. L’impact des écrans ne dépend pas que de l’âge, ou du nombre d’heures d’utilisation. La question du contenu et de l’accompagnement des usages numériques par les adultes sont aussi des facteurs à prendre en compte. Certains points font néanmoins déjà consensus, notamment le fait que l’excès d’écran avant 10 ans, peut nuire à l’acquisition du langage, à la concentration, ou  à certains apprentissages lorsque ce temps d’écran empiète trop sur d’autres activités comme la lecture, les jeux, les discussions en famille le sommeil ou le sport. 

En attendant de nouvelles recommandations, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise aux parents d'interdire les écrans aux enfants avant trois ans et de limiter l'utilisation à une heure par jour avant cinq ans. De plus les experts sont tous d'accord pour proscrire l'utilisation d'écrans à table, dans la chambre et une heure avant l'endormissement. Le Haut Conseil de la santé publique estime qu'il est aussi nécessaire que l’utilisation d’outils numériques soit compatible avec au moins deux heures d’activité quotidienne en extérieur. Enfin, il est recommandé aux parents, de rester attentifs à la survenue de troubles, comme des maux de tête, somnolence, dégradation des notes à l'école, anxiété, ou agressivité. Cela peut parfois être le signe d’un usage problématique des écrans .

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.