Pourquoi les coccinelles asiatiques s'invitent-elles en masse dans les maisons cet automne ?

écouter (2min)
Si ces insectes sont bien installées en France depuis quelques années, et elles se font particulièrement remarquer en ce moment : la baisse des températures les pousse à elles se réfugier dans les maisons.
Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une coccinelle asiatique dévore des pucerons. (CHRISTIAN WATIER / MAXPPP)

Vous les avez peut-être remarquées derrière vos volets, dans un garage ou regroupées par dizaines voire par centaines sur un mur... Les coccinelles asiatiques cherchent à s'abriter pour passer l’hiver. Pour les reconnaître c’est simple : alors que la coccinelle européenne affiche souvent quelques points noirs sur le dos, sa cousine asiatique possède, elle, un nombre de points noirs plus important. Ses couleurs sont aussi plus variées : de l’orange au noir en passant par différentes nuances de rouge.

Cette espèce invasive originaire de Chine se retrouve désormais sur presque tout le territoire Français. Particulièrement dans le Nord, dans l'Est et dans la vallée du Rhône. Leur présence est particulièrement remarquée cette année car les températures douces de l’automne leur ont permis de se reproduire sur une période un peu plus longue. Or, ces coccinelles sont très prolifiques : une femelle pond 2 500 œufs par an !

Comme aux États-Unis, elles ont été introduites volontairement pour faire de la lutte biologique contre les pucerons, car cette espèce de coccinelle fait partie des plus voraces. En France, dans les années 1980, l’Institut de recherche agronomique (INRA) a donc travaillé sur son utilisation pour protéger les cultures. Et aujourd’hui ces coccinelles asiatiques, installées chez nous, sont des hybrides de ces coccinelles introduite par l’INRA et d’autres souches de coccinelles asiatiques arrivées via la Belgique et les Pays-Bas.

Laissez-les !

Toutefois, que l'on se rassure : leur prolifération n'est pas inquiétante. Nous avons posé la question à Arnaud Estoup, directeur de recherche à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), et spécialiste des espèces envahissantes et il se montre rassurant.

D'un point de vue écologique, ces coccinelles asiatiques pourraient pousser à la disparition d'espèces locales, puisqu'elles sont en concurrence pour se nourrir, mais, pour l'instant, les coccinelles européennes sont toujours là. Pour notre santé, pas de risque puisque les coccinelles en général, ne piquent pas, ne transmettent pas de maladies. Elles peuvent éventuellement laisser des traces sur les murs et dégager une odeur particulière, mais c'est tout. On peut donc les laisser tranquille.

Et si leur présence gêne : le plus simple est de les aspirer et vider le contenu de l’aspirateur dehors, pour qu’elles s’abritent ailleurs. Et au printemps, elles seront ravies d'avaler chacune, chaque jour, jusqu'à 200 pucerons dans votre jardin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.