"Oppenheimer" de Christopher Nolan : qui était vraiment Robert Oppenheimer, le père de la bombe atomique ?

Le 12e long-métrage du réalisateur Christopher Nolan sort mercredi 19 juillet au cinéma. Son titre "Oppenheimer", du nom du physicien qui a mis au point la bombe atomique.
Article rédigé par Anne Le Gall
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le physicien Robert Oppenheimer, en 1944. (HO / THE NATIONAL ARCHIVES)

Christopher Nolan est de retour là où on ne l'attendait pas : sur le terrain du biopic, revisité à sa façon dans Oppenheimer, film qui dresse un portrait tortueux de l'Américain qui a mis au point la bombe atomique. Très attendu, le film qui sort mercredi en salles, retrace en trois heures les moments-clés de la vie de Robert Oppenheimer (1904-1967), un physicien qui a marqué l'histoire des États-Unis et du XXe siècle, et contribué à faire entrer le monde dans une nouvelle ère : celle du nucléaire.

>> "Oppenheimer": Christopher Nolan signe un film labyrinthique sur le "père de la bombe atomique"

Le film raconte particulièrement la mise en place du "projet Manhattan" durant la Seconde Guerre mondiale. À
 partir de 1942, 5 000 personnes dont un millier de physiciens et chercheurs vont se retrouver dans le plus grand secret dans un centre de recherche construit de toute pièce à Los Alamos, une zone reculée du Nouveau-Mexique. C'est là que sera fabriquée et testée la bombe atomique qui sera larguée en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki, causant la mort de 200 000 personnes. Robert Oppenheimer, interprété par Cillian Murphy, devient le directeur scientifique de ce projet.

Un militant éthique

Il est difficile de savoir si Robert Oppenheimer avait mesuré à l'époque l'ampleur dévastatrice de son invention, car le physicien était un personnage complexe à la fois pétri d'éthique depuis son enfance et un chercheur brillant et ambitieux. On retiendra que par la suite Robert Oppenheimer s'est opposé au développement de la bombe "H" (pour hydrogène), 1000 fois plus puissante que la bombe "A", pour atomique. Il a également milité pour que la recherche nucléaire soit strictement encadrée au niveau international et mise au service de la science civile. Une position prudente qui lui est reprochée ensuite.

Dans les années 50, Robert Oppenheimer tombe en disgrâce à la fois en raison de cette opposition à la Bombe "H", et de ses relations avec des personnalités communiste. En pleine période de Maccarthysme, les services américains se demandent alors s'il est vraiment un serviteur loyal de son pays. En 1954, Robert Oppenheimer est ainsi destitué de ses responsabilités au commissariat à l'énergie atomique américain.

Robert Oppenheimer s'intéresse aussi à l'espace

Jusqu'à son décès en 1967, il enseigne la physique, mais aussi l'éthique de la science à l'université de Princeton, dans le New Jersey. Il réussit à laver sa réputation : ses travaux sur le nucléaire sont récompensés, mais aussi ceux sur l'astrophysique. Robert Oppenheimer a en effet aussi été l'un des premiers chercheurs à théoriser l'existence des trous noirs.

Toute sa carrière, reste emblématique d'une question épineuse : les chercheurs sont-ils redevables de l'utilisation qui est faite par la suite de leurs découvertes ? À l'heure de la recherche sur l'intelligence artificielle, cette interrogation reste plus que jamais d'actualité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.