Cet article date de plus d'un an.

Marathon de Paris : voici le portrait-robot du coureur amateur en France

À l’occasion du marathon de Paris, on connait un peu mieux le profil-type des Français adeptes réguliers de la course à pied et ils sont de plus en plus nombreux.
Article rédigé par Anne Le Gall
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les participants au Marathon de Paris passent devant Radio France. (THOMAS PONTILLON / RADIO FRANCE)

Et pour 42, 195 km de plus... La 46e édition du marathon de Paris se tient ce dimanche 2 avril 2023. Et des milliers de participants sont attendus dans les rues de la capitale. Mais qui sont-ils ? À cette occasion, l’Union Sport et Cycle s’est intéressé au profil type des Français adeptes réguliers de la course à pied et ils sont de plus en plus nombreux : entre 13 et 14 millions. Au total, c'est donc quasiment 45 % des Français de plus de 20 ans qui courent plusieurs fois par semaine.

>> Marathon de Paris : à 93 ans, Charly Bancarel s'apprête à courir sa 11e édition

Et parmi eux, ce sont 40% de femmes, et 60% d'hommes, selon une étude menée auprès de 4 600 utilisateurs de l’application Running Heroes. Ils courent en solo entre deux et trois fois par semaine, la moitié s’arrange pour courir en journée en 9h et 18h, et un tiers le soir. Côté sportif, le coureur moyen parcourt 9,4 km, a chaque sortie, c’est une distance en légère augmentation depuis deux ans.

Mais pourquoi faire ?

Les sportifs réguliers veulent entretenir leur forme et leur physique, et ensuite (presque à égalité) d’évacuer le stress et de se détendre. Ces coureurs sont assez accros à leur pratique, car en moyenne, ils courent presque toute l’année, neuf mois sur 12. Et la durée de la course augmente avec l’âge : un tiers des plus 55 ans, courent au moins trois heures par semaine.

En fait, la course à pied est très loin d'être réservée aux jeunes : la moyenne d'âge chez les pratiquants réguliers est de 39 ans, ce qui est aussi la moyenne d'âge des inscrits au marathon de Paris .

Dans l’absolu, avec un entraînement, et un avis médical, on peut courir à tout âge. Le marathonien le plus âgé du monde, est un Indien de plus de 100 ans, le doyen de l’ultra trail est agé de 85 ans.

En revanche côté chrono, nous a expliqué Romuald Lepers, professeur en physiologie et chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à Dijon, comme il existe un vieillissement physiologique du corps, vieillissement musculaire et cardiaque, les études montrent qu'après 40 ans, les performances, baissent en moyenne de 7% par décennie. Mais les bénéfices de la course pour le corps et la tête, eux, restent bien présents.

Différentes études ont montré qu’à 70 ans, les coureurs réguliers, se sentent en moyenne 12 ans plus jeunes que leur âge et que leur cerveau est plus performant que celui d’une personne sédentaire. Il contient davantage de matière grise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.