Islande : des forages volcaniques pour mieux comprendre les éruptions

écouter (3min)

Alors que le volcan Cumbre Vieja poursuit son éruption aux Canaries, 11 pays veulent s’allier pour créer en Islande le premier "observatoire mondial du magma souterrain".

Article rédigé par
Anne Le Gall - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le volcan Krafla en Islande. (M. WOIKE / BLICKWINKEL via MAXPPP)

L’idée c’est d’explorer les entrailles de la Terre, à partir d’un volcan islandais. Il s'agit du Krafla, situé au nord-est de l'île et qui est connu pour son magnifique cratère rempli d’eau turquoise. Mais il ne sera pas utile d’aller jusqu’au centre de la Terre pour installer cet observatoire, il "suffira" de creuser un forage  profond de deux kilomètres : là, les scientifiques tomberont sur une poche de lave en fusion à plus de 900°C. Cette chambre magmatique, l’une des plus proches de la surface terrestre dans le monde, a été découverte par hasard, il y a 12 ans, quand des ouvriers qui travaillaient à l'agrandissement d’une usine de géothermie ont percé cette poche de lave de 500 millions de mètres cubes. Heureusement, l’accident n’avait pas fait de victimes.
 
L'idée est de faire descendre des instruments de mesure dans une sorte de  sarcophage résistant à ces très hautes températures pour étudier le comportement du magma. Il s’agit mieux comprendre les éruptions volcaniques et tenter de mieux les anticiper, explique un volcanologue italien cité par l’Agence France Presse. Par ailleurs, les ingénieurs espèrent aussi utiliser ce forage, pour produire de l’énergie.

Il faut récupérer à la surface la chaleur du magma en fusion. Lors de l’accident de 2009, la vapeur remontant à la surface depuis le magma a atteint 450°C : c’est la température de vapeur volcanique la plus élevée jamais enregistrée. En utilisant ce potentiel, les ingénieurs espèrent produire cinq à dix fois plus d’énergie qu’avec un puits géothermique classique. Cela devrait permettre de chauffer jusqu'à 90 000 foyers.

38 instituts de recherche venus de 12 pays sont impliqués dans le projet, dont la France, l'Allemagne, les États-Unis, le Canada, le Danemark. Le projet est doté d’un budget de 90 millions d’euros. Le défi technique est immense et les premiers forages du Krafla Magma Testbed devraient démarrer en 2024. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.