Covid-19 : des symptômes différents pour les variants britannique, sud-africain et brésilien

écouter (3min)

Le variant britannique est désormais majoritaire sur notre territoire Les variants sud-africains et brésiliens restent stables, autour de 5% des cas. Et attention, ils ne provoquent pas tout à fait les mêmes symptômes.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une malade atteinte par le Covid-19 hospitalisée. Photo d'illustration. (MARTIN BUREAU / AFP)

On sait que le variant britannique du SARS-Cov2 est présent à près de 75% sur notre territoire aujourd’hui. Et ce VOC-202012/01 est plus contagieux : les cas contact se retrouvent plus souvent infectés à leur tour. Et il est même plus mortel. Sur 1 000 cas détectés, il y avait 2,5 victimes avec la souche historique du coronavirus alors que c’est un peu plus de quatre avec le variant britannique, selon une étude statistique de l’université d’Exeter.

Les scientifiques britanniques, en comparant deux groupes de malades, ont remarqué que ceux qui étaient infectés par le variant britannique avaient plus souvent de la toux (35% contre 22%), une grosse fatigue avec des courbatures (32% contre 29%) plus de maux de gorge (22% contre 19) et de fièvre (21% contre 19) que ceux avec la souche historique. En revanche, ils avaient beaucoup moins souvent de perte de goût et d’odorat alors que l’anosmie s’est manifestée dans 86% des cas légers en Europe l’an dernier, selon une étude dans le Journal of Internal Medicine.

Des symptômes rares à surveiller

Par ailleurs des symptômes beaucoup plus rares ont également été remarqués. Tim Spector, un épidémiologiste du King’s College a crée ZOE COVID, un système de signalement des symptomes chez des patients Covid. Il a signalé un symptôme de "langue Covid" : des tâches blanchâtres qui couvrent une partie de la langue de certains patients. Le Centre de contrôle des maladies (CDC) américain l’a d’ailleurs mis sur la liste des symptômes bénins à surveiller en cas de suspicions.  

Sur ces variants sud-africains et brésiliens qui contournent la réponse immunitaire de patients infectés, on retrouve les mêmes symptômes de la souche initiale : fièvre, toux, courbatures avec perte de goût et d’odorat. Le problème c’est qu’ils réinfectent des personnes qui avaient déjà été malades. Aujourd'hui, il faut particulièrement surveiller le manque d’oxygénation. Quand vous commencez à avoir du mal à bouger, à respirer et que vos ongles deviennent bleu, c’est un signe qu’il faut appeler les secours. Ce n’est pas parce qu’on a eu le Covid l’an dernier que l’on ne peut pas être de nouveau malade avec ces variants. Il faut donc rester prudent

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le billet sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.