Changement climatique : on sait pourquoi les lacs sont de moins en moins bleus

écouter (2min)

Le bouleversement climatique impacte également la couleur de l'eau, selon une étude de scientifiques américains.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 Le lac de Bimont (Bouches-du-Rhône). (CÉDRIC FRÉMI / RADIO FRANCE)

Les lacs bleus comme l'océan font rêver et on les admire d’autant plus qu’ils ne sont pas majoritaires sur terre. Des chercheurs de l'Union américaine de géophysique ont analysé plus de cinq millions d’images satellites représentant plus de 85 000 lacs et plans d’eau dans le monde. Ils en ont scruté la couleur pendant sept ans entre 2013 et 2020 et ont calculé que 30% - seulement -  des lacs du monde sont bleus. Ce sont en général des lacs de montagne et la couleur bleue s'explique par un contexte de températures plus fraîches et des précipitations plus élevées. 

Le réchauffement climatique influence la couleur des lacs parce que la montée de température influence leur écosystème et notamment la présence d'algues ou de sédiments. Selon ces chercheurs, avec une augmentation de 3°C de la température de l’air en plein été, 14% des lacs bleus pourraient virer au vert ou au marron en raison de la prolifération de certaines algues.

La neige moins présente sur les montagnes

Ces scientifiques ont donc dressé une carte des lacs bleus actuels pour pouvoir suivre leur évolution : ces lacs bleus se situent pour l’instant dans le nord de l’Europe, essentiellement dans les Alpes, et les pays scandinaves mais aussi sur le plateau tibétain, au nord des États-Unis, dans les montagnes rocheuses du nord-est du Canada, ainsi qu’en Patagonie,ou en Nouvelle-Zélande. Mais dans les années à venir, leur couleur risque de se rapprocher du vert des lacs que l’on trouve en basse altitude, près des côtes ou dans les régions plus sèches.

À côté des lacs moins bleus il y a aussi les montagnes moins blanches, donc plus vertes elles aussi. Une nouvelle étude publiée le mois dernier par des chercheurs italiens, le confirme : l'hiver, la neige reste au sol en moyenne 15 jours de moins qu’il y a 30 ans. Cela varie selon les régions du monde bien sûr, mais les Alpes françaises sont dans cette moyenne de 15 jours de neige en moins. Dans les Pyrénées, c’est plutôt 10 jours, tandis que les montagnes du Canada affichent carrément un mois de neige en moins par rapport aux années 1980.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.