Cet article date de plus d'un an.

Les bébés ont de l’humour dès le départ

écouter (3min)

Des chercheurs ont testé pour la première fois, de manière systématique, l’arrivée du sens de l’humour chez les enfants. Dès le premier mois, certaines blagues font déjà mouche…

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les bébés nous apprennent le sens de l'humour et du rire... (Illustration) (CATHERINE DELAHAYE / STONE RF / GETTY IMAGES)

Dès les premiers mois de la vie, nous sommes dotés d'un sens de la blague et de l'humour. Les bébés apprennent d'ailleurs mieux ce que nous essayons de leur apprendre, quand on suscite chez eux rire et humour. C'est que nous raconte aujourd'hui Mathilde Fontez, rédactrice en chef du magazine scientifique Epsiloon : une découverte toute récente sur l’origine de notre joie de vivre en somme...

franceinfo : Une équipe anglaise vient de montrer que l'humour est présent dès le départ chez l'être humain. Dès le premier mois de notre vie ?

Mathilde Fontez : Oui, et la première blague à laquelle les bébés réagissent, pour plus de 75% d’entre eux, c’est la blague du "Coucou !" : vous savez, lorsque vous vous cachez le visage avec les mains, et que vous le découvrez tout à coup. Tout commence comme ça. Par l’humour le plus simple, le plus sensoriel.

Ensuite, viennent les jeux autour des grimaces, puis les objets détournés : quand on dit qu’on tient un éléphant dans la main, alors qu’en fait c’est une souris – cette blague est un hit chez les enfants de 8 mois.

Et plus tard, vers 1 an, c’est la transgression des règles qui fait réagir les enfants : quand on brise les tabous. Le fameux humour "pipi caca" par exemple. Ce que montre cette équipe de psychologues de l’université de Bristol, c’est la mise en place progressive, par vagues, de l’humour au cours des quatre premières années de développement de l’enfant, et en particulier dès les premiers mois.  

On pensait jusque-là que l’humour venait plus tard ?

En fait on ne savait pas. Bien sûr, on savait que les enfants rient très tôt. Qu’ils sont en interaction pratiquement dès la naissance. Mais l’humour n’avait jamais été vraiment étudié expérimentalement. Parce que c’est difficile de mener ce type d’étude en laboratoire.

Et d’après Elena Hoicka, qui a dirigé ce travail, parce que ce thème de l’humour n’était pas considéré comme un sujet d’étude sérieux. C’est en train de changer. Et cette chercheuse a voulu cadrer le sujet, en étudiant les réactions des enfants à 20 blagues, de plus en plus complexes. Et pour contourner les difficultés à mener ces études en labo, elle a mis les parents à contribution : 700 parents se sont prêtés au jeu, chez eux, en suivant le protocole de la chercheuse.

L’humour devient donc un sujet sérieux ?

Oui, parce que les spécialistes sont en train de démontrer toute son importance dans le développement cognitif de l’enfant. On connaissait ces effets chez l’adulte : l’humour est au cœur du lien social, il focalise l’attention, il jugule le stress, il augmente la créativité. Eh bien c’est valable aussi chez l’enfant.

C’est même l’un des secrets de leur apprentissage : un test qui a été réalisé en France à Nanterre, a par exemple montré que quand on fait rire un bébé en lui apprenant une nouvelle tâche, il la mémorise beaucoup mieux que quand il ne rit pas.

D’autres études sont en cours pour préciser les mécanismes en jeu – il y a l’idée que le rire active les circuits neurologiques de la récompense. Bref, notre instinct nous pousse à utiliser l’humour pour interagir avec les enfants. La réponse de la science, c’est qu’il a bien raison...  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.