Le vaccin a bien été utile contre le Covid

écouter (3min)

On sent depuis quelques jours la fin du rebond de la cinquième vague de Covid. Une très grosse étude a fait le point aux États-Unis, et conclut que oui.

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Omicron, variant du Covid-19. Image numérique avec le signe bleu pour Omicron au centre de la cellule rouge. (Illustration) (ANDRIY ONUFRIYENKO / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Mathilde Fontez, rédactrice en chef du magazine scientifique Epsiloon revient aujourd'hui sur ce que l'on ressent depuis quelques jours : la fin du rebond de la cinqième vague de Covid. Tous les indicateurs sont en baisse, on est en train de passer repasser sous la barre des 1000 nouveaux patients par jour hospitalisés… L’heure du bilan.

franceinfo : Le vaccin contre le Covid-19 a-t-il vraiment été efficace ?

Mathilde Fontez : C’est une question qu’on peut se poser tant le variant Omicron s’est répandu rapidement depuis la fin 2021. Et les contaminations restent encore aujourd’hui assez hautes : 50 000 nouveaux cas par jour en moyenne, tout de même. Mais il n’y a pas de doute : ça aurait été largement pire sans le vaccin.

Une étude, qui a été menée aux États-Unis l’établit clairement. Cette étude se distingue par son ampleur : elle rassemble les données de 80% de la population américaine, 300 millions de personnes, sur toute l’année 2021. C’était donc les variants Alpha et Delta. 30 millions de cas ont été dénombrés sur cette année 2021, et près de 440 000 décès. 

Qu’est-ce qui se serait passé si la population n’avait pas été vaccinée ? Les chercheurs ont pu faire le test, parce que la couverture vaccinale était très variable d’un endroit à l’autre aux États-Unis. Ils ont fait des comparaisons.

Et alors, bilan ?

Le bilan, c’est que chaque tranche de 10% de population supplémentaire vaccinée, par au moins une dose, fait chuter le taux de mortalité de 8%.Ce qui veut dire que la vaccination massive – le passage de 10 à 60% de vaccinés – a fait chuter la mortalité de 75%.

On rappelle qu’en France, 80% de la population a une vaccination complète. Et le vaccin a aussi réduit le taux d’incidence, le nombre de nouveaux cas : il est réduit de 7% par tranche de 10% vaccinée. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : on est proche des évaluations qui étaient sorties des essais cliniques, réalisés au moment de l’élaboration des vaccins.


Ces chiffres peuvent être extrapolés sur 2022, avec l’arrivée d’Omicron ?

Pas directement, mais les épidémiologistes s’attendent à ce que les tendances soient les mêmes. Omicron est plus contagieux, moins létal. Mais il tue tout de même. En France, on est seulement maintenant en train de repasser sous la barre des 100 morts par jour. Et les risques de décès demeurent beaucoup plus élevés chez les non vaccinés, ou chez les personnes qui n’ont pas fait de rappel depuis 6 mois.

Une étude réalisée à Hong-Kong, de janvier à mars dernier, a montré qu’il est divisé par 2,5 pour les personnes qui ont reçu une dose de vaccin. Et par 33 pour ceux qui ont reçu 2 doses. L’apparition d’Omicron a pu donner l’impression que la vaccination n’a pas servi à grand-chose. Mais c’est loin d’être le cas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.