Le billet sciences du week-end, France info

Le billet sciences du week-end. L’innovation militaire, entre guerre et paix

À l’occasion de la commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Gérard Feldzer revient sur l’évolution de l’armement, celui d'hier, d'aujourd’hui et de demain, et il fait le point sur les nouvelles menaces.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Niamey au Niger, avril 2021. Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey, l\'armée française déploie des drones au Sahel pour combattre les djihadistes. Les drones français sont armés depuis 2019. 
Niamey au Niger, avril 2021. Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey, l'armée française déploie des drones au Sahel pour combattre les djihadistes. Les drones français sont armés depuis 2019.  (FRED MARIE / HANS LUCAS / AFP)

Dans la nuit du 8 au 9 mai 1945, la capitulation de l’Allemagne nazie est signée à Berlin, marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce conflit détient le triste record de 50 millions de victimes civiles, tuées notamment par des bombardements massifs. De nombreuses villes sont touchées, voire détruites, sans oublier les méfaits de la première bombe atomique, lancée en août 1945 par l’armée américaine sur Hiroshima et Nagasaki au Japon,

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les avancées technologiques ont permis d’éviter de tels coûts humains dans les conflits armés.

La Seconde Guerre mondiale a été caractérisée par des frappes massives. Depuis, l’arrivée des armes de précision et des bombes guidées laser a permis de ne plus avoir recours aux frappes massives, en diminuant considérablement le risque de dommages collatéraux sur des victimes civiles.

général Denis Mercier, ancien chef d'État-Major de l'Armée de l'Air et commandant surprême de l'OTAN

L’arrivée de l’Internet des objets

L’autre innovation majeure depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est l’interconnectivité des objets. Les équipements militaires peuvent désormais se coordonner et communiquer entre eux, en temps réel.

"Les systèmes terrestres, navals, aériens, spatiaux sont de plus en plus des éléments d’un Internet des objets. Un Rafale peut maintenant transmettre toutes ses données à un autre Rafale. Demain, on aura un avion qui pourra même emmener des drones avec lui", précise Denis Mercier. 

Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey au Niger en avril 2021. 
Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey au Niger en avril 2021.  (FRED MARIE / HANS LUCAS / AFP)

L’élément phare de ce nouvel Internet des objets est le drone. Avant d’être utilisé dans le domaine civil, ce petit appareil volant avait permis aux armées d’effectuer des missions de repérage, et même de frapper l’ennemi sans engager de moyens humains sur le terrain.

Ces équipements connectés sont conçus en complémentarité avec les soldats, qui deviennent de véritables fantassins augmentés. Ils peuvent désormais être équipés d’un casque virtuel, de lunettes infra-rouges ou encore d’un exosquelette les aidant à porter des charges lourdes. L’armée française quant à elle teste des robots quadrupèdes, futurs assistants des soldats sur le terrain.

De nouvelles menaces

En revanche, de nouvelles menaces numériques vont de pair avec cette interconnectivité croissante. La guerre se conçoit désormais comme connectée et à distance.

Aujourd’hui, un conflit de haute intensité débuterait probablement par une attaque cyber et l’aveuglement d’un certain nombre de satellites puisqu’on est désormais extrêmement dépendants du renseignement dans l’espace.

général Denis Mercier

Au-delà de la sphère numérique, le contexte sanitaire nous rappelle un certain nombres de menaces d'un nouveau type.  

"Il y a un risque de guerre biologique, avec des agents chimiques. La pandémie actuelle nous amène à envisager ces risques dont il faut se protéger", ajoute Denis Mercier. 

Photo d\'un masque prise le 17 octobre 2001, qui fait partie de l\'équipement NBC, nucléaire, biologique et chimique. Illustration masque gaz anthrax. 
Photo d'un masque prise le 17 octobre 2001, qui fait partie de l'équipement NBC, nucléaire, biologique et chimique. Illustration masque gaz anthrax.  (JEAN-PIERRE MULLER / AFP)

Guerre et paix

La compétition militaire est un moteur essentiel de l’innovation dans les domaines de la technique et de l’armement. Si de nombreuses inventions ont été réalisées en temps de guerre, elles ont aussi eu des applications en temps de paix. La conquête spatiale n’aurait jamais pu débuter sans l’invention allemande des V2, missiles qui bombardaient Londres pendant la Seconde Guerre mondiale.

De nombreux outils de notre quotidien sont aussi issus du domaine militaire. Tel est le cas de la radiographie, de l’ordinateur, du GPS ou encore d’Internet ! Le premier réseau pilote, l’Arpanet, a en effet été mis en service en 1969. Un laboratoire privé a ensuite repris cette technologie pour développer le web que nous connaissons aujourd’hui.

On peut également citer le le micro-ondes qui était à l’origine un dispositif militaire de détection des avions allemands pendant la Seconde Guerre mondiale,  C’est par hasard que l’ingénieur Percy Spencer a découvert les propriétés de cuisson de cet appareil, lorsque sa barre de chocolat fondit dans sa poche !

Des drones en pleine action 

Danse avec les drones 

Le drone qui ouvre les portes

Écoutez l'entretien intégral avec le général Denis Mercier sur les armes du passé et du futur au micro de Gérard Feldzer pour franceinfo.

Niamey au Niger, avril 2021. Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey, l\'armée française déploie des drones au Sahel pour combattre les djihadistes. Les drones français sont armés depuis 2019. 
Niamey au Niger, avril 2021. Un drone Reaper armé de deux bombes GBU-12 dans la base aérienne de Niamey, l'armée française déploie des drones au Sahel pour combattre les djihadistes. Les drones français sont armés depuis 2019.  (FRED MARIE / HANS LUCAS / AFP)