Faire des choix, c’est bon pour la confiance

écouter (3min)

L'impact de nos choix : quels effets ont-ils sur notre état d’esprit, sur notre moral, sur notre perception de nous-mêmes ? Une étude expérimentale met en avant leur importance dans notre fonctionnement. 

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Nos choix sont de première importance pour notre moral et pour notre fonctionnement. (Illustration) (JORDAN LYE / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Mathilde Fontez, rédactrice en chef d’Epsiloon nous parle aujourd'hui de l'importance nos choix.

franceinfo : Une équipe de chercheurs a montré que nos choix ont un fort impact psychologique…

Mathilde Fontez : Votre café, vous le voulez court ou long ? Avec ou sans lait ? Des choix, on en fait toute la journée. Et c’est accentué par la société de consommation : il n’y a qu’à penser au nombre de paquets de chips qu’il y a dans les rayons des supermarchés.

Et c’est accentué aussi par les réseaux : liker ou non une photo… Les évaluations donnent le tournis : un Américain moyen prendrait 35 000 décisions par jour ! Une équipe de chercheurs en psychologie s’est donc posé la question : quel impact ces choix ont-ils sur notre état d’esprit, sur notre moral, sur notre perception de nous-mêmes ?

Et alors le verdict ?

L’impact est énorme. L’étude – qui était expérimentale – montre que ces choix, même les plus petits, nous font nous sentir plus grands, plus forts. En un mot : plus puissants. Et surtout, plus indépendant, plus autonomes. Et cette valeur du choix s’auto-entretient : plus on fait des choix, plus on a tendance à préférer des environnements où on a la possibilité de faire des choix. Quand les volontaires de l’expérience devaient par exemple sélectionner une offre d’emploi, ils préféraient celles qui annonçaient une grande autonomie de décision.

Et c’est valable partout dans le monde ?

Partout on ne sait pas. Mais cette étude ne s’est pas cantonnée aux États-Unis, la société individualiste par excellence, où la prise de décision est très valorisée. Les chercheurs ont recruté des volontaires dans deux autres pays : en Inde, et à Singapour, qui sont des sociétés qu’ils considèrent comme beaucoup plus collectivistes. Et la surprise, c’est que les effets sont les mêmes.

Ils ont aussi montré que l’idée même d’un choix suffit à provoquer ce sentiment de puissance, d’indépendance. Ils observent les mêmes effets lorsque les volontaires de l’expérience doivent se remémorer les choix qu’ils ont fait, ou alors lorsqu’ils les font vraiment ces choix. Il suffit de penser au moment où on a choisi sa chemise pour booster sa confiance en soi !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.