Le 17 / 20 numérique, France info

Noémie Montagne intrigue le web

Qui est "Madame " Dieudonné ? Une question qui intrigue les internautes. "Noémie Montagne" est le nom le plus populaire sur les moteurs de recherche depuis ce matin.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Un message de Jacques Rosselin sur Twitter résume assez bien la situation

 

Il faut dire que la conjointe de l'humoriste controversé a été entendue hier par les gendarmes à la suite de la plainte d'un huissier visé par un projectile en caoutchouc lors de la perquisition du domicile du couple.

Du coup, on cherche à mieux la connaître et on tape son nom sur Google. Noémie Montagne, qui fêtera bientôt ses 38 ans, partagerait la vie de Dieudonné depuis 2006 ou 2007, elle qui apparaît rarement à ses côtés. On ne sait d'ailleurs pas s'ils sont mariés selon Elle.fr. Et comme peu d'informations filtrent sur elle, ça attise la curiosité.

Les réseaux sociaux s'invitent dans le débat sur l'IVG.

"IVG : mon corps, mon droit." Les défenseurs du droit à l'IVG répliquent à la manifestation de dimanche à Paris contre l'assouplissement de la législation sur l'avortement."Mon corps, mon droit." c'est le slogan de ces dizaines de femmes qui se prennent en photo en tenant une affichette, un post-it ou avec l'inscription sur le ventre. Des femmes mais aussi des hommes. Cette fois, ce n'est pas la même formule : "Ton corps, ton droit". Une manière originale de relayer un combat politique et humain sur les réseaux sociaux.

Une marque de casque made in France  connait un succès inattendu suite à l'actualité people.

Et vous allez tout comprendre en un seul Tweet :

Oui, le casque avec lequel le président de la République a été pris en photo au pied de l'immeuble de Julie Gayet, par un photographe deCloser , fait depuis un carton commercial.

Selon son fabricant, Motoblouz installé dans les entrepôts de Carvin dans le Pas-de-Calais, ce modèle est même en rupture de stock. 45 salariés travaillent sur ce site tout de même. Un super coup de pub puisque habituellement, cette société vend 20.000 casques Dexter par an, et là 1.000 ont été vendus en 24 heures.

Smartphones et tablettes sous Android seraient particulièrement vulnérables au piratage

Les terminaux Android, cibles privilégiés des malwares  pour mobiles selon le rapport annuel 2014 de Cisco sur la sécurité, des logiciels malveillants qui ciblent à 99 % ces appareils Android.

Et de fait, parmi les catégories de smartphones, les mobiles Android sont à 71 %, ceux qui sont le plus confrontés aux malwares rencontrés sur le web. Ils sont suivis par les iPhone d'Apple avec 14 % puis par les iPad. 

La photo du jour nous vient de Sotchi en Russie

Sotchi, la ville où se tiendront les prochains JO d'hiver du 7 au 23 février prochain. Les visites pour le presse des différents sites ont déjà commencé là-bas et révèlent déjà quelques surprise. Steve Rosenberg est le correspondant de la BBC à Moscou et lorsqu'il est rentré dans des toilettes du site olympique de Sotchi, il a cru voir double.

Dans le message, le journaliste raconte que le papier toilette est inaccessible une fois assis sur le trône, par contre, on peut toujours demander à son acolyte assis à côté de faire passer le papier.

Il faut savoir que ces doubles toilettes de Sotchi ne sont pas uniques en Russie. Le même Steve Rosenberg avait capturé en photo les toilettes de l'université de Kazan. Et là, ce n'est pas deux mais au moins cinq cuvettes qui cohabitent dans la même pièce. Le choc culturel est total.

L'histoire du jour : des pierres tombales qui racontent la vie des défunts.

Le concept est né aux Etats-Unis sous le nom de Living-stone et il fait des émules en France notamment avec la société Memory-history.com fondée en 2012 par le Brestois Ronan Paschal. L'histoire est à lire sur le site du Télégramme.

Avec un exemple : la tombe du colonel Henri Romans-Petit à dans l'Ain qui est désormais équipée d'un QR code. Quand on scanne ce QR Code via un smartphone ou une tablette, le visiteur se connecte directement sur le site web dédié à sa mémoire. Le QR code figure sur une plaque très discrète. Une pierre tombale high-tech inaugurée le 11 novembre dernier, mais qui n'est pas réservée aux héros de l'Histoire. Une cinquantaine de familles ont opté pour cette innovation en France.

Une nouvelle manière d'honorer la mémoire des défunts avec plus que quelques mots sur une pierre tombale.

L'autre histoire du jour, c'est celle d'un TGV fantôme

Une péripétie racontée par le site de La Nouvelle République. Dimanche soir, gare de Montparnasse à Paris vers 21h30, le hall se vide de ses derniers passagers. Mais pas l'accueil qui se remplit de clients, quelques Poitevins et autres Tourangeaux qui présentent leurs billets Paris-Poitiers à l'employée de la SNCF. La raison : leur train, dont le départ est prévu à 22h01, n'est pas annoncé sur l'immense tableau. L'employée tombe des nues et répond "Non ce TGV n'existe pas ".

Un petit quart d'heure plus tard, on leur dit "Désolé, vous allez passer la nuit dans un hôtel partenaire juste à côté. En attendant, choisissez votre train de retour. Demain, vous voyagerez en première classe."

Acheté 31 euros sur le site Internet de la SNCF, ces billets étaient pourtant vrai, " ni échangeables, ni remboursables et uniquement valables sur ce train " vous connaissez la formule. De vrais billets conséquences en réalité d'un bug informatique. Le site a en quelque sorte inventé ce train, un train fantôme, un bug qui, comme le dit la Nouvelle République, "aura finalement coûté beaucoup plus cher à l'entreprise de transport que le prix initial du voyage."

(©)