Cet article date de plus de deux ans.

La médaille du jour. La handballeuse Loui Sand annonce qu'elle est transgenre pour "ne plus porter la haine d'elle même"

écouter (1min)

Louise Sand se faisait appeler Loui. Elle vient d'annoncer la fin de sa carrièrere. Elle veut faire connaître une dysphorie de genre et obtenir un changement de sexe sur le plan juridique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louise Sand, ex-handballeuse, en août 2018. Elle a engagé un processus pour faire reconnaître une dysphorie de genre. (ERIC MALOT / MAXPPP)

Elle est suédoise, elle s'appelle Louise Sand. Ou plutôt Loui Sand. Loui aurait pu n'être qu'un simple diminutif. Comme Val, pour Valérie. On connaissait son histoire hors du commun : une gamine née au Sri Lanka, adoptée par des parents suédois. Et sa carrière, sa médaille de bronze à l'Euro 2014, avec la Suède. Son style aussi, ses "vêtements de mec" et sa "coiffure de garçon", comme elle le dit elle même. Mais son histoire va plus loin et elle vient de le révéler : elle se sent mal, car elle est "née dans le mauvais corps".

Loui Sand vient d'annoncer la fin de sa carrière, à 26 ans seulement. Elle, l'ancienne joueuse de Brest, qui évoluait à Fleury depuis un an, veut prendre soin d'elle, et mener son combat, pour faire reconnaître une dysphorie de genre et obtenir un changement de sexe sur le plan juridique.

"Tu seras toujours Loui"

Depuis ce coming out, lundi 7 janvier, elle a reçu beaucoup de messages de soutien, notamment en Suède. Tout le monde salue son courage. Loui Sand a décidé de parler pour ne plus avoir à mentir, pour ne plus "porter la haine d'elle même". Le plus bel hommage vient de son équipe de la Suède, qui lui souhaite "bonne chance" pour son prochain match, "Plus important que n'importe lequel joué sur un terrain de handball". Avant de conclure : "Pour nous tu seras toujours Loui. Le roi Loui".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La médaille du jour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.