Cet article date de plus de dix ans.

Syrie : Rony Brauman dénonce les "blocus de la faim"

Alors que la "menace chimique est écartée" en Syrie, Rony Brauman estime que "pour ce qui est de la conduite de la guerre, rien n'a changé". Et il appelle la communauté internationale à faire pression contre Damas contre ce qu'il appelle les "blocus de la faim". Il était ce vendredi matin l'invité de France Info.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

"Il y avait ce surcroit de cruauté que le chimique
manifestait. Il a été mis de côté, neutralisé.  Malheureusement la cruauté ordinaire, celle
des bombes qui s'abattent sur des boulangeries, des hôpitaux, des civils, celle
des déportations, celle d'un certain nombre de 
blocus de la faim
, tout cela se poursuit
" affirme Rony Brauman.

A LIRE AUSSI > Armes chimiques : le matériel de production
syrien neutralisé

Dans les quartiers attaqués au chimique, on "crève de faim"

Et il trouve "consternant" de constater "que les quartiers qui ont été attaqués au chimique dans la périphérie immédiate de Damas, ne sont plus menacés par le chimique mais restent en situation de blocus, encerclés. Et qu'on y crève de faim".

Et l'ancien patron de MSF assure que "les milliers de gens qui habitent encore dans ce quartier
n'ont plus de quoi se nourrir et cela depuis très longtemps alors même qu'ils
sont à très peu de distance des dispositifs de l'aide internationale".

"Le blocus par la faim n'est pas plus civilisé que le chimique"

D'où son appel à la communauté internationale pour qu'elle fasse pression sur Damas pour obtenir des trèves :"Le blocus par la faim n'est pas plus civilisé que le chimique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.