L'invité de 8h15, France info

Sapin et la réforme des retraites : "L'alignement public-privé ne rapporterait rien"

Invité ce mardi matin de France Info, le ministre du Travail a commenté les pistes de réflexion pour la réforme des retraites. Il a confirmé que tous les Français seraient concernés par un éventuel allongement de la durée de cotisation. Mais que l'alignement public-privé était un "faux semblant". Et il a annoncé que le cap des 100.000 emplois d'avenir serait dépassé à la fin de cette l'année.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

"Il faut adapter la durée de cotisation. C'est une des
propositions qui est sur la table. Elle est évidente. Puisqu'on vit plus
longtemps, il faut une durée de cotisation qui soit plus longue"
a affirmé
Michel Sapin. Et le ministre du Travail qui a mis la justice en avant en
évoquant la pénibilité a également confirmé que "toutes les réformes  qui vont être mises en œuvre s'appliqueront à
tous les Français quels que soient leurs régimes"
. Y compris donc les
régimes spéciaux.

L'alignement public-privé : un "faux-semblant"

Mais cela ne va pas jusqu'à aligner les fonctionnaires aux
salariés du privé : "On dit que les fonctionnaires sont avantagés parce qu'on
calcule sur les six derniers mois alors que pour l'ensemble des Français c'est
sur les 25 dernières années. Est-ce que vous pensez que si on alignait les
fonctionnaires sur le privé ça rapporterait un euro?  Rien.Donc ça ne servirait à rien de mettre en oeuvre une réforme de cette nature. C'est un faux-semblant".

Et le ministre du Travail qui est donc catégorique explique : "Dans le privé, les 25 meilleurs années sont souvent des années avec des primes qui sont plus anciennes que les toutes dernières. Et presque la moitié des Français du privé prennent leur retraite alors qu'ils sont en pré-retraite ou au chômage. Dans le public, c'est l'inverse".

Emplois d'avenir : le cap des 100.000 "dépassés cette année"

"On a dépassé  les
48.000. Ça y est c'est parti les
emplois d'avenir. Ça va aller même très fort. On va les dépasser les 100.000 à
la fin de cette année. Parce que ça correspond tellement à un besoin de ces
jeunes qui n'ont ni formation ni emploi et auxquels on offre une solution
durable"
s'est félicité le ministre du Travail.

 

(©)