L'invité de 8h15, France info

"Objectif pour 2025 : diviser par deux le gaspillage alimentaire" (Guillaume Garot)

Guillaume Garot, ministre délégué en charge de l'Agroalimentaire, était l'invité de France Info vendredi matin. Il est revenu sur le scandale de la viande de cheval et a présenté le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, dont l'objectif est de diviser par deux en France le gaspillage alimentaire d'ici 2025.

(©)

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, invité de France Info vendredi matin, est d'abord revenu sur le scandale de la viande de cheval, réagissant notamment à l'émission Envoyé spécial sur France 2 jeudi soir sur ce thème. Le cheval "arrive en France mais il est stoppé, et c'est ça la leçon principale de ce reportage. Cela signifie que notre système de contrôle fonctionne et fonctionnne bien ", indique-t-il.

"Il faut continuer à se battre pour faire reculer la fraude"

"Depuis le début de l'affaire de la viande de cheval, nous avons pratiqué plus de 4.000 contrôles et engagé 200 tests ADN ", a précisé le ministre délégué à l'Agroalimentaire. "Un contrôle systématique mené au plan français mais aussi européen, et  au fur et à mesure nous avons constaté de moins en moins de viande de cheval dans les tests ". Et d'ajouter "cela veut dire qu'il faut continuer à se battre, pour faire reculer la fraude ", "c'est un immense travail que nous avons en engagé avec Stéphane Le Foll [ministre de l'Agriculture] et Benoît Hamon [ministre délégué à la Consommation] ".

Un "Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire"

Vendredi, le ministre délégué à l'Agroalimentaire doit présenter un "Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire", en présence des représentants de tous les partenaires du Pacte et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). "Objectif pour 2025 : diviser par deux le gaspillage alimentaire, en France et en Europe ", a détaillé le ministre délégué.

"Chaque consommateur jette en moyenne 20 à 30 kg de nourriture chaque année"

"C hacun peut agir, traquer son propre gaspillage, cela concerne les consommateurs, les entreprises, les producteurs, mais aussi la grande surface... ", a-t-il ajouté. Il a décrit un pacte basé sur des mesures concrètes pour limiter le gaspillage : remplacement de la mention DLUO (Date limite d'utilisation optimale) par une mention plus simple "à consommer de préference avant" ; généraliser le vrac dans les grandes surfaces ou encore instaurer des accords entre les grandes surfaces et les associations de solidarité à proximité.

(©)