Cet article date de plus de neuf ans.

Bernard Cazeneuve justifie le plan anti-djihad : "Il y a danger"

Invité de France Info ce mercredi matin, le ministre de l'Intérieur a présenté le dispositif contre les filières djihadistes qui sera au menu du Conseil des ministres ce mercredi. Il a aussi expliqué pourquoi l'autorisation parentale de sortie du territoire pour les mineurs n'avait pas été rétablie. 
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

"Il y a un danger. Il faut en avoir conscience. Parce que quand on a fréquenté la torture, le crime, la barbarie, qu'on a perdu tous ses repères, qu'on a été détruit psychologiquement... Et souvent, on part parce qu'on est en situation de fragilité psychologique. Et ce qu'on fréquente quand on est sur le terrain de ces opérations est abolument monstrueux. Et c'est la raison pour laquelle nous prenons ces mesures..." a affirmé Bernard Cazeneuve.

A LIRE AUSSI  ►►► Les mesures anti-djihad du gouvernement

Et le ministre de l'Intérieur, qui est revenu sur les grandes lignes de ce plan anti-djihad, a expliqué pourquoi il ne comportait pas le rétablissement de l'autorisation parentale de sortie du territoire pour les mineurs, supprimée en 2013, comme le demandaient des familles :  "Mais si des parents ne sont pas informés de ces départs parce qu'ils n'ont pas senti les choses, et que les jeunes partent, qu'il y ait ou pas autorisation, s'ils partent par des moyens clandestins, cela ne servira à rien".

Et impossible d'empêcher les Français qui sont partis
faire le djihad de rentrer dans leur pays : "C'est tout à fait contraire
au droit international. A partir du moment où il s'agit d'un citoyen français,
il a le droit de revenir dans son pays". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.