Cet article date de plus de six ans.

Réforme du code du travail : "Retirons ce projet !" demande Benjamin Lucas (MJS)

écouter (10min)
Benjamin Lucas, président du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), a demandé mardi sur France Info, le retrait de la réforme du code du travail. "Retirons ce projet ! Cette loi part du principe que le code du travail est un frein à l'embauche. Je ne peux pas être d'accord avec ça. Il y a personne à gauche qui peut être d'accord avec ça".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Benjamin Lucas, président du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), invité de France Info mardi matin, a demandé le retrait du projet de loi sur la réforme du Travail. "Retirons ce projet ! Cette loi part du principe que le code du travail est un frein à l'embauche. Je ne peux pas être d'accord avec ça. Il y a personne à gauche qui peut être d'accord avec ça ", a-t-il affirmé. "Je ne sais pas si c'est moderne de remettre en cause la réduction du temps de travail qui a créé de l'emploi et qui a permis de mieux vivre. Je ne sais pas si c'est moderne de dire que les protections des salariés, c'est aujourd'hui un frein", a-t-il ajouté. Pour Benjamin Lucas "ce qui est moderne c'est de protéger le salariés de nouvelles souffrances, c'est de partager le travail pour travailler mieux, moins et tous. Et c'est relancer l'emploi par la consommation ." 

Benjamin Lucas a fait ses premiers pas dans la politique en s'opposant il y a dix ans au CPE, un projet de loi du gouvernement Dominique de Villepin. Un texte retiré sous la pression de la rue : "J'espère qu'on ne va pas en arriver là. Le CPE c'est un gouvernement qui s'entête à vouloir détricoter les droits des salariés et à mettre les jeunes dans une situation de précarité. C'est à la fin une mobilisation qui l'emporte ". Selon lui ,"ce n'est pas dans l'intérêt de la gauche au pouvoir d'avoir ceux qui l'ont élus dans la rue". Il espère que "le gouvernement et le président de la République seront revenir à la raison ."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.