Cet article date de plus de dix ans.

Le plan de rigueur du gouvernement en voie de "détricotage" à l'Assemblée

écouter (5min)
Le plan de rigueur de François Fillon est discuté à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée. Plusieurs mesures envisagées semblent déjà condamnées face à l'opposition de certains membres de la majorité. Les socialistes ironisent.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (©)

Les députés UMP vont-ils détricoter le plan d'austérité de François Fillon ? Un plan présenté cette semaine aux parlementaires. Le but est de dégager des recettes nouvelles. Un milliard d'euros cette année, 12 milliards d'ici fin 2012. Le problème, c'est que les députés de la majorité n'ont aucune envie de contrarier leurs électeurs.

2012, année d'élection présidentielle, mais aussi législatives.
A neuf mois du scrutin, les députés UMP voient d'un mauvais œil les mesures censées remplir les caisses de l'Etat, mais vider - un peu - les poches de leurs électeurs. Qui servira le mieux sa clientèle électorale ?

_ Le top départ a été donné ce week-end par l'ex-premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Le Monsieur Futuroscope de Poitiers a obtenu l'abandon de la hausse de la TVA sur les parcs à thèmes. Pourquoi pas nous, lancent ses collègues à l'Assemblée et au Sénat, à l'exemple de Christian Estrosi, député-maire de Nice, très concerné par la taxation accrue des plus-values immobilières (les résidences secondaires sont légion dans sa région) : "Cette mesure risque de paralyser clairement le marché de l'immobilier ; c'est principalement les classe modestes qui aspirent à mieux vivre qui vont être touchées".

Christian Estrosi et ses amis ont manifestement obtenu gain de cause. Selon les derniers arbitrages rendus hier soir, le gouvernement aurait accepté que les plus-values immobilières soient exonérées d'impôt lorsque le bien vendu est détenu depuis plus de 30 ans.

Les téléphones crépitent entre Bercy et l'Assemblée

Car il faut bien que le gouvernement compense les reculs annoncés. Officiellement, pas question de lâcher un centime de l'enveloppe d'économies prévue. La boite à idées est ouverte : modification de l'impôt sur les sociétés, taxation des ventes d'or et de l'hôtellerie de luxe.. sans oublier la taxe exceptionnelle sur les très hauts revenus, annoncée en grande pompe il y a quelques jours. Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée, veut taxer les revenus supérieurs à 250 000 euros annuels, contre 500 000 dans le plan actuel. Il prévoit un débat "animé".

Un débat qui suscite déjà l'ironie à gauche

"La majorité est en train de détricoter un plan de bric et de broc" , prévient François Hollande.. "Le broc, c'était les parcs d'attraction ; le bric, c'est les résidences secondaires", ajoute le candidat à la primaire socialiste. Même discours à l'Assemblée Nationale, avec le député socialiste, membre de la commission des Finances, Pierre-Alain Muet :
"où est la cohérence dans ce plan que personne ne comprend ?"

En bref, François Hollande maintient son avance sur Martine Aubry.

C'est l'un des principaux enseignements de notre baromètre Ipsos pour France Info, Le Monde et France Télévisions. Au premier tour de la présidentielle, l'élu de Corrèze devancerait plus largement Nicolas Sarkozy en obtenant 30% des voix, contre 27% à Martine Aubry. Nicolas sarkozy obtient 22 à 23% des intentions de vote, Marine le Pen serait 3ème, avec 17 à 18% des voix.

En bref, suite

Elle était porte-parole d'Europe Ecologie les Verts : Laurence Vichniewsky démissionne.
_ L'ex-juge entend reprendre sa liberté de parole. Elle a suscité à l'été une controverse dans son parti en prônant une politique de réduction de la dette. Pour autant, Laurence Vichniewski n'est officiellement pas fâchée avec Eva Joly. Elle participera en fin de semaine à un déplacement de la candidate écolo.

Et puis Jean-Louis Borloo inaugure ce soir les nouveaux locaux de son association Oxygène qui regroupe ses sympathisants. Un vrai QG de campagne de plus de 1000 m2 dans le 3ème arrondissement de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.