L'interview politique, France info

Le Foll : "Hé oh la Gauche ! Ne te trompe pas, la droite prépare l'alternative"

Le porte-parole du gouvernement a analysé vendredi sur France Info la prestation de François Hollande lors de l'émission Dialogues citoyens. "Cet exercice, aussi long qu’il a pu être, est nécessaire", a estimé Stéphane Le Foll. Il a aussi mis en garde les frondeurs : "Ne te trompe pas parce que pendant que tu nous critiques la droite prépare l'alternative".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, a estimé vendredi matin sur France Info que la prestation de François Hollande sur France 2 jeudi soir était "nécessaire ". Mettant en avant les difficultés rencontrées par François Hollande et le gouvernement pour faire entendre leurs arguments, il a expliqué : "Vous savez que dans l’action politique, pour imprimer quelque chose, quand vous êtes pris par une actualité, quand tous les jours il y a des choses qui arrivent que vous n’avez pas forcément prévues, c’est difficile d’imprimer ce qui au fond est sous-jacent à ce qui est l’actualité. Mais ce n'est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut pas le faire, il faut le faire. Cet exercice, aussi long qu’il a pu être, est nécessaire, dans le sens où il faut toujours s’expliquer ".

Le porte-parole du gouvernement a vu un président cohérent et juste lors de l'émission Dialogues citoyens : "Qu’est ce que j’en tire comme éléments d’analyse dans ce qu’a dit le président ? La cohérence sur tous les sujets : la question internationale, la question de la lutte contre le terrorisme, la question de la loi Travail, la question des grands sujets posés par l’Education et même sur la question de la déchéance de la nationalité ". "Le deuxième élément qui me frappe c’est la volonté d’être juste dans les choix, juste dans l’équilibre entre ce qu’on doit donner aux entreprises et ce qu’on doit donner aux salariés", a ajouté le ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Pêche. 

Reprenant les arguments développés par le président jeudi, Stéphane Le Foll a estimé que la situation de la France s'améliorait : "Il faut quand même se rappeler quand on arrive on est à 5% de déficit budgétaire, l’endettement est stabilisé, la croissance est revenue, on s’améliore sur le front du chômage, pas suffisamment mais on crée des emplois nets. Ça va mieux, et en même temps on n’est pas au bout, il faut continuer ".

"Hé, oh, la gauche, ne te trompe pas parce que pendant que tu nous critiques la droite prépare l’alternative "

Le meeting organisé le 25 avril prochain par Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, et intitulé "Hé, oh, la gauche" ne sera pas un meeting de lancement de campagne, a expliqué le porte-parole du gouvernement. "C’est une manière de rappeler que dans le débat politique la question de la droite et de la gauche c’est une question aussi de valeurs, de grands choix ", a précisé Stéphane Le Foll.  "L’idée qu’il y a derrière, c’est de se dire que, de temps en temps, les procès qui sont faits par une partie de la gauche, des frondeurs sur ce qu’on a fait la gauche, méritent qu’on leur prouve qu’ils ont tort, et qu’ils ne veulent pas regarder ni défendre ce qui a été fait ", a estimé le ministre de l'Agriculture. Il a cité plusieurs exemples comme celui de la prime d'activité, versée en complément de revenus aux bas salaires : "J’ai quelqu’un qui dans ma famille travaille dans une pizzeria, 93 à 97 euros quand vous gagnez 1.140 euros par mois, c’est quelque chose de très appréciable ". Le porte-parole du gouvernement a aussi adressé un message aux sympathisants de gauche : "Hé, oh, la gauche, ne te trompe pas parce que pendant que tu nous critiques la droite prépare l’alternative et c’est normal. Mais quand on va regarder ce qu’elle propose, il y en a un qui est très transparent, c’est François Fillon. Il l’a dit il veut 'casser la baraque', casser la baraque au fond c’est quand même casser le modèle social, donc chacun doit être rappelé à sa responsabilité ".

"La seule parole qui vaille, c'est celle du président de la République "

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, expliqué jeudi à Londres qu'il avait été décidé "d'arrêter une partie des réformes " notamment car "c'est toujours compliqué de lancer des réformes à la fin d'une mandature ". Une annonce contredite dans la soirée par François Hollande lors de l'émission Dialogues citoyens. "La seule parole qui vaille, c’est celle du président de la République ", a rappelé le porte-parole du gouvernement sur France Info. "Dans une action politique, il doit y avoir de la cohérence tout le temps. On peut penser qu’on peut s’échapper un moment, non, il faut rester dans un esprit collectif. La seule parole qui vaille, c’est celle du président de la République ", a-t-il expliqué.

Stéphane Le Foll a toutefois affirmé la nécessité d'une certaine liberté d'expression au sein du gouvernement : "Au fond tout ça, ça fait partie d’une forme de liberté qui est laissée à chaque ministre et c’est nécessaire d’avoir ces souplesses, cette capacité à exprimer un certain nombre de choses ". Pour le porte-parole du gouvernement, le président de la République n'a pas de problème d'autorité : "Je connais François Hollande, c’est un homme qui cherche la mesure. La mesure est quelque chose qui n’apparaît pas aussi clairement que le fracas et l’autorité mais ça donne de l’autorité ".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)