L'interview politique, France info

Le dispositif Sarkozy pour 2012

Le chef de l'Etat peaufine son dispositif pour se succéder à lui-même à l'Elysée, même s'il n'est officiellement pas candidat à l'élection présidentielle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Officiellement Nicolas Sarkozy n'est pas en campagne,  mais chaque semaine à l'Elysée, les réunions de préparation de cette campagne vont bon train.

Des réunions presque tous les jours

Réunion logistique le lundi autour des principaux conseillers du président et des chevilles ouvrières de l'UMP. On y discute des meetings à venir, des réservations de salle.
Le mardi, c'est la réunion du "comité stratégique", les poids-lourds de la majorité : Jean-François Copé, Claude Guéant, Brice Hortefeux, le Premier ministre François Fillon et ses prédécesseurs Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé. Mieux vaut pour le président avoir les éventuels recours à sa candidature auprès de lui que trop éloignés.
Le mercredi c'est la "cellule riposte" qui se retrouve derrière Brice Hortefeux. Il s’agit de quelques ministres et députés qui mettent en place les réponses à apporter à la gauche.
Enfin le jeudi, le chef de l'Etat convie désormais des quadras de la majorité. Jeunes parlementaires qui pourraient se retrouver aux avant-postes de la campagne. Parmi eux Franck Riester, député UMP de Seine et Marne, également membre de la cellule riposte. Il nie tout dispositif de campagne : "Il n’y a pas une réunion trous les jours pour s’occuper de la campagne puisqu’il n’y a pas de campagne pour le moment ; le président est tout à son devoir de responsable de notre pays"
 

Intérêt de ces multiples réunions ?

D'abord, rassembler son camp avant de partir au combat, coordonner le discours de la majorité également pour éviter les dissonances, "Ne créez pas de problème entre vous" a récemment demandé le chef de l'Etat à ses troupes "Ne les lâchez-pas" a-t-il ajouté à propos de l'opposition.
Dernière utilité de ces rencontres : tester les élus, repérer ceux qui ont le plus faim pour les promouvoir dans l'organigramme à venir. Pour la direction de campagne, trois noms circulent : Olivier Biancarelli, influent conseiller parlementaire du Président, Camille Pascale, conseiller arrivé en début d'année et nouvelle plume du chef de l'Etat ou encore Jean Casteix, son conseiller social.
Pour Benoît Hamon, porte-parole du PS, il ne faut pas se faire d'illusion sur ce qui se passe en ce moment à l'Elysée : "personne ne pense que le temps que consacre Nicolas Sarkozy à l’Elysée est un temps qu’il consacre aux français ; c’est comme d’habitude un temps qu’il consacre à lui, à se maintenir coute que coute au pouvoir".

Les déplacements thématiques en province de NicolasSarkozy sont désormais au nombre de deux ou trois par semaine, qui permettent au chef de l'Etat de roder son discours. La déclaration officielle de candidature elle n'est pas attendue pour tout de suite. Pas avant février disait ce week-end Claude Guéant dans Radio France Politique. L'Elysée se prépare à une campagne courte autour de quelques idées fortes.    

Comment s'élabore le programme ?

Pour le moment, c'est l'UMP qui y travaille en lien avec Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture chargé de cette mission par le chef de l'Etat. La première des trois conventions de synthèse de ce projet pour 2012 aura lieu ce soir à Lambersart dans le Nord intitulée le "rendez-vous du courage" il y est notamment question de liquider les 35 heures en renvoyant la question du temps de travail à des négociations branche par branche ou entreprise par entreprise. Mais comme le dit un ministre, "Ce n'est qu'une boîte à idée...Nicolas Sarkozy fera le tri".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)