Cet article date de plus de sept ans.

L'appel de Cambadélis : "Arrêtons le massacre"!

écouter (5min)
Nous débutons la semaine avec le cri d'alarme d'un responsable socialiste, inquiet pour son parti de la dégradation du débat public.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Rien à voir avec la protection des éléphants, quoique...

Dans cinq semaines jour pour jour, nous commenterons ici-même,
les résultats du premier tour des élections municipales et la probable  abstention qui se profile à l'horizon : le parti Socialiste la redoute. Elle semble inéluctable, au vu du climat hostile
qui pèse sur notre vie politique, constaté par le n°2 du PS, Jean-Christophe
Cambadélis, auteur sur son blog de ce "Arrêtons le massacre ", qui fait écho à
son "Quel bordel " très remarqué de la semaine dernière. Rarement
l'opposition aura cogné avec autant de force, dit-il, quant à la presse, elle
se déchaîne. Le débat national tourne au "massacre à la tronçonneuse pour
Jean-Marc Ayrault
", écrit celui qui fait office aujourd'hui de Premier
secrétaire-bis au PS. Mention spéciale pour les hebdos, qui ont tiré à vue, à
partir de dossiers très documentés, sur un exécutif taxé d'amateurisme. Matignon
y est décrit comme une citadelle assiégée au bord de l'implosion. Pour Cambadélis,
le pays est " dans une spirale dangereuse. L'overdose guette, et les
Français vont tirer le rideau. "

La gauche
est dans le doute pour les municipales

Le trouble a gagné les rangs du gouvernement et d'un
Parti Socialiste qui semble rejouer sa primaire à l'infini, avec Arnaud Montebourg
passé de la démondialisation à la Nation, Manuel Valls en précampagne
présidentielle dans son coin, Harlem Désir aspiré dans un trou noir électoral et
Martine Aubry qui donne des cours de vraie gauche, en mode nostalgie, à la tête
de son think tank baptisé
Renaissance. Et pendant ce temps, le président n'arbitre toujours pas, tout en se
cherchant de nouveaux modèles quelque part entre l'Allemagne et les Etats-Unis.
Son Conseil stratégique de l'attractivité ce matin est un rendez-vous louable,
mais "un rendez-vous de plus ", regrette un poids lourd de la majorité. "François fait tout
bien, mais ce n'est qu'une succession de coups, qui se perdent dans les
sables"
. Le tournant social-démocrate méritait peut-être un appel à
la mobilisation générale de toute la gauche, jusqu'au centre. Voire une main
tendue à ceux qui ont eu le courage de dire "chiche " à droite.

Les Français
ont-ils compris le virage social-démocrate ?

Non, cela reste un concept "nouvelle
cuisine
" tant qu'il n'y aura aucun résultat tangible. La société
française, du sommet à la base, s'est installée dans une atonie durable,
doublée de symptômes maniaco-dépressifs inquiétants. Nous sommes capables de
nous enthousiasmer, à juste titre, de l'exploit de Renaud Lavillénie, et de son
magnifique record à la perche. C'est la France capable de sauter le plus haut
possible. Et dans la minute qui suit, nous retombons dans une phase dépressive
prolongée, c'est la France qui a la sensation de ne plus pouvoir rebondir. Un
traitement s'impose, contre cette forme de déprime collective, et surtout
contre la violence du débat. Sinon, prévient Jean-Christophe Cambadélis :
"On finira par trouver ce qu'on cherche : le crash ". Même si son
"stop, le massacre" risque fort de ne pas être entendu,  ça ne fait pas de mal de se dire qu'il
faudrait peut-être ranger la tronçonneuse au placard...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.