L'interview éco, France info

Recours au 49-3 : "La méthode est un problème" pour Laurent Berger

Invité de France Info, Laurent Berger secrétaire général de la CFDT a critiqué le choix de Manuel Valls de recourir au 49.3 pour faire passer la loi Travail. Il évoque des "irresponsabilités" au sein du gouvernement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

A l'instar des élus de gauche qui ont failli adopter une motion de censure à deux voix près, Laurent Berger, est critique envers le choix de Manuel Valls de recourir au 49.3 pour faire passer la loi Travail. Invité de France Info, le secrétaire général de la CFDT estime que "la méthode est un problème, ce n'est pas une bonne méthode" . Selon Laurent Berger,  le 49-3, "révèle un certain nombre d'irresponsabilités et d'immaturités de certains au gouvernement et au Parlement".  

J'en ai assez des postures, de ceux qui s'expriment sur les ondes en disant que ce texte remet en cause tous les droits des salariés

 

"Il faut distinguer la méthode du contenu, ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de dialogue politique qu'il ne doit pas y avoir de dialogue social dans les entreprises" , précise Laurent Berger au micro de Jean Leymarie. Laurent Berger a par ailleurs assuré que la CFDT "sera extrêmement vigilante sur les navettes qui vont encore s'effectuer entre l'Assemblée nationale et le Sénat" . Il a  rappelé que "la CFDT s'est battue pour qu'un certain nombre de dispositions soient enlevées dans ce texte et pour que d'autres soient rajoutées. C'est le cas de la garantie jeune, on a aussi fait en sorte qu'il y ait des droits nouveaux pour les salariés franchisés. Ce sont des questions qui concernent la vie réelle des salariés."

Sur le développement des accords d'entreprise, "nous avons obtenu un certain nombre de verrous, comme le fait que les accords devront être majoritaires à 50%: seules les organisations majoritaires pourront s'engager. S'il n'y a pas d'accord, c'est le droit du travail actuel qui s'appliquera" a rappelé Laurent Berger.

"J'en ai assez des postures, de ceux qui s'expriment sur les ondes en disant que ce texte remet en cause tous les droits des salariés" , s'est emporté le secrétaire général de la CFDT, pointant "des syndicalistes, parfois des hommes et des femmes politiques."

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous le 49.3 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)