L'invité éco, France info

Migrants : "Il faut lutter contre l’emploi illégal d’étrangers" (Jean-Christophe Dumont, OCDE)

Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE, était l'invité de "L'interview éco", vendredi soir, pour évoquer l'accord européen sur la question des migrants en Europe.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE, le 29 juin 2018.
Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE, le 29 juin 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)

Alors que les dirigeants des pays de l'UE ont trouvé  un accord, vendredi 29 juin, sur l'accueil des migrantsJean-Christophe Dumont explique, vendredi soir sur franceinfo, que "d'autres sujets ont été laissés de côté comme la question (...) de la lutte contre l’emploi illégal d’étrangers". Le chef de la division des migrations internationales à l’Organisation de coopération et de développement économiques regrette que "cela ne fasse pas encore l’objet de discussions au niveau intergouvernement", alors qu'un rapport de l'OCDE, publié en novembre 2017, révèle que l'immigration de travail a augmenté de 20% lors de l'année passée.

franceinfo : Êtes-vous convaincu par l’accord trouvé par les Européens ?

Jean-Christophe Dumont : La bonne nouvelle est que les Européens ne se sont pas déchirés sur cette question-là, comme c’était éventuellement annoncé. Il y a des propositions intéressantes qui doivent donner lieu à des plus amples discussions notamment sur la question très importante et sensible des migrations secondaires. Il y a d’autres sujets qui ont été laissés de côté comme la question des routes légales pour l’immigration de travail et aussi la question de la lutte contre l’emploi illégal d’étrangers. Il faut lutter contre l’emploi illégal d’étrangers.

Pourquoi la question du travail illégal est si importante ?

Pour ceux qui sont déboutés du droit d’asile et qui peut-être ne seront pas retournés dans leur pays d’origine, la seule façon de pouvoir se maintenir, c’est de travailler de façon irrégulière. S’il n’y a pas cette demande de travail irrégulier dans le secteur informel, et parfois même au-delà, quand vraiment les pratiques sont les plus malveillantes, l’effet d’appel sera d’autant diminué. Il faut donc traiter les causes profondes de cette migration irrégulières en aidant les pays d’origine à se développer, mais il faut également regarder en Europe ce qu’il se passe et traiter cette question de l’emploi illégal d’étrangers parce que c’est une des causes aussi des migrations irrégulière.

Est-ce que les dirigeants s’occupent de ce point-là ?

Cette question-là est explicitement mentionnée dans l’agenda européen pour la migration. Elle est identifiée comme une des causes, mais l’on voit bien que cela ne fait pas encore l’objet de discussions au niveau intergouvernemental. Dans un certain nombre de pays, des personnes ont été régularisées pour motif économique. En France, ils sont 7 000 à l’avoir été en 2017.

Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE, le 29 juin 2018.
Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE, le 29 juin 2018. (RADIO FRANCE / FRANCEINFO)