L'invité éco, France info

L'invité éco du vendredi 23 octobre 2020 - Béatrice Foucher (DS Automobile) : « Les crises ont cela de bon qu’elles nous imposent de nous réinventer »

Avec l’aéronautique et l’hôtellerie-restauration, l’automobile est l’un des secteurs les plus affectés par la crise. Comment peut-il réagir ? Quelles sont ses capacités de rebond ? Comment DS, la marque premium de PSA, traverse la bourrasque ? Quelle stratégie face aux nouvelles exigences environnementales ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Béatrice Foucher invitée de franceinfo le 23 octobre 2020.
Béatrice Foucher invitée de franceinfo le 23 octobre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Le marché automobile est reparti à la hausse en septembre après un plongeon avec le confinement. La deuxième vague épidémique peut-elle casser cette croissance ?  

« Le marché mondial est à la hausse, le marché européen également. Chez DS, on constate qu’entre le deuxième semestre 2019 et le deuxième semestre 2020, aujourd’hui on est sur la même tendance de marché. Donc on récupère la dynamique qui était celle de 2019 ».  

Le fait d’être une marque premium (luxe) aide-t-il à résister en période difficile ?

« On constate que le marché premium se porte mieux que le marché automobile traditionnel, il a rebondi plus rapidement, notamment en Chine où le rebond est même plus fort que le marché prémium 2019 ».

Est-ce que la crise vous a poussé à revoir vos process industriels et commerciaux ?

« Les crises ont cela de bon qu’elles nous imposent de nous réinventer. On souffre quand la crise arrive et elle nous impose un rebond. L’automobile doit sans cesse se réinventer car on a des crises successives dans le secteur. Mais celle-ci va sans doute nous pousser à revoir nos modèles de distribution. On réfléchit à la flexibilité industrielle, à la gestion de nos stocks qui est très important dans le bilan économique d’une entreprise ».

Que répondez-vous aux nombreuses critiques sur les SUV, comme étant des voitures trop lourdes et polluantes ?

« Les voitures lourdes seront électrifiées car c’est une nécessité absolue pour respecter la réglementation européenne sur les émissions de CO2 ».

Béatrice Foucher invitée de franceinfo le 23 octobre 2020.
Béatrice Foucher invitée de franceinfo le 23 octobre 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)