Cet article date de plus de quatre ans.

L'interview éco. Internet et lumière naturelle dans le métro : la RATP mise sur l'innovation

écouter (7min)

La PDG de la RATP était l'invitée de l'interview éco du 7 février. Elle a notamment annoncé des investissements dans le domaine de l'innovation.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Elisabeth Borne est la présidente directrice générale de la RATP.  (RADIO FRANCE / CAPTURE D'ÉCRAN)

La RATP souhaite investir dans des startups via une filiale, RATP Capital Innovation. Dotée de 15 millions d’euros, la Régie autonome des transports parisiens soutiendra des jeunes pousses via des fonds d'investissement. 

Elisabeth Borne, présidente directrice générale de la RATP promet également de déployer la 3G et la 4G sur l'ensemble des lignes de métro et RER, et de "terminer la couverture du réseau d'ici la fin de l'année" 2017.

franceinfo : À quoi sert d'investir dans des startups ?

Elisabeth Borne : Ces startups nous permettent de travailler sur de nouveaux services demandés par nos voyageurs. Nous travaillons par exemple avec une jeune entreprise pour apporter de la lumière naturelle sur les quais des stations de métro. Nous investissons également sur la réhabilitation de notre réseau. Nous avons un programme d’investissement de 8,5 milliard d’euros d'ici 2020. Sur cette même période, un milliard d’euros sera injecté pour terminer l’équipement sur le RER A ou encore pour rénover les rames du RER B. Nous avons enfin l’objectif de mettre en place un pilotage automatique avec un conducteur pour rénover nos gares.

Internet dans le métro, c’est pour bientôt ?

Nous avons déjà déployé la 3G et la 4G sur le RER A et B, et sur la ligne 1 du métro. Nous avons l’objectif de terminer la couverture de notre réseau d’ici la fin de l’année. Le métro parisien a été conçu il y a un siècle. Les infrastructures ne sont pas créées pour les nouvelles technologies, pour accueillir les réseaux de téléphonie mobile. Les travaux de réhabilitation sont très lourds et nécessitent beaucoup de temps. L’objectif premier est de couvrir tout le réseau. La seconde étape sera de proposer un réseau de qualité.

Pourquoi faut-il attendre huit ans pour avoir des bus électriques ?

Nous avons une flotte de 4 600 bus en Île-de-France. Il faudrait donc remplacer tous ces véhicules et les raccorder au réseau électrique de nos dépôts. Le réseau tel qu'il est aujourd'hui ne peut pas répondre à une telle demande. Cela représenterait la consommation électrique d’une ville de 85 000 habitants. Nous devons faire attention à la façon dont on s’inscrit dans le réseau électrique francilien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.