Cet article date de plus de six ans.

Gérard Cazorla (Scop-Ti) : "On a éliminé la rémunération des actionnaires"

écouter (10min)
Les anciens salariés de Fralib, dans les Bouches-du-Rhône, relancent leur production de thé et d’infusion. Nouvelle organisation – une société coopérative – et nouvelle marque : 1336.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Gérard Cazorla, président de la SCOP des anciens Fralib © Maxppp)

Pendant plus de trois ans, ils se sont battus contre Unilever, le propriétaire de leur usine qui voulait la délocaliser en Pologne. Et finalement, ils ont gagné… Les anciens salariés de Fralib, dans les Bouches-du-Rhône, relancent leur production de thé et d’infusion. Cette fois, pas sous les marques Lipton ou Eléphant. Mais sous leur propre marque : 1336, en référence au conflit social qui avait duré 1336 jours. Les premiers sachets arrivent en ce moment dans les rayons des grandes surfaces.

La nouvelle entreprise s’appelle Scop-Ti. Cette société coopérative de production est aux mains des salariés eux-mêmes. Pour Gérard Cazorla, président de la SCOP, c’est un gage de rentabilité : "On a éliminé ce qui est nuisible dans nos sociétés, la rémunération des actionnaires (…) On n’a pas besoin de rémunérer des gens qui décident de notre mort du jour au lendemain ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.