L'interview J-1, France info

"La France et l'Europe ne sont pas à la hauteur de l'objectif fixé par l'accord de Paris", estime Yannick Jadot

Le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot était l'invité de franceinfo mercredi 25 avril.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot était l\'invité de franceinfo mercredi 25 avril.
Le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot était l'invité de franceinfo mercredi 25 avril. (FRANCEINFO)

Devant le Congrès américain, Emmanuel Macron a tenu à réaffirmer, mercredi 25 avril, la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. Malgré les désaccords persistants avec les États-Unis sur le sujet, le président français se dit convaincu que les Américains reviendront dans l'accord de Paris.

"Est-ce que la France, l'Europe, sont à la hauteur de l'objectif fixé par l'accord de Paris", s'est interrogé mercredi soir sur franceinfo le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot. "Aujourd'hui, non", affirme-t-il, rappelant qu'Emmanuel Macron "défend" les accords de libre-échange comme le CETA et celui avec le Mercosur qui promettent "plus de gaz de schiste, plus de sable bitumeux, la déforestation de l'Amazonie, la mondialisation de la malbouffe, l'emballement climatique." Le député écologiste pointe aussi les "contradictions" du président de la République sur le sujet de l'accord sur le nucléaire iranien, estimant que cela devait être fait "dans un cadre européen".

franceinfo : Emmanuel Macron a été ovationné par le Congrès américain quand il a parlé du climat et de l'accord de Paris. Comment appréciez-vous ce discours ?

Yannick Jadot : Rappeler aux États-Unis l'importance de la lutte pour l'environnement c'est essentiel. C'est un pays qui agit au niveau des entreprises, des citoyens, d'un certain nombre d'États, mais n'agit plus [au niveau fédéral]. Au-delà de mettre en permanence l'accord de Paris sur le devant, c'est qu'est-ce qu'on fait ? Est-ce que la France, l'Europe, sont à la hauteur de l'objectif fixé par l'accord de Paris ? Aujourd'hui, non. À Strasbourg, Emmanuel Macron parlait de la souveraineté européenne, d'une souveraineté climatique, alimentaire. Le même Emmanuel Macron, quand il défend l'accord de libre-échange avec le Canada, le CETA, c'est plus de gaz de schiste, plus de sable bitumeux, c'est un élevage dans des conditions abominables. Quand il défend l'accord de libre-échange Mercosur, c'est la déforestation de l'Amazonie, la mondialisation de la malbouffe, l'emballement climatique. Ce qu'on aimerait, au-delà des très beaux discours, c'est que la France et l'Europe posent des actes à la hauteur de l'impératif écologique. Quand on investit dans les énergies renouvelables, on crée des emplois.

Emmanuel Macron a évoqué un nouvel accord sur le nucléaire iranien avec Donald Trump sans avoir consulté ses partenaires européens. Comment l'interprétez-vous ?

C'est une des grandes contradictions. Emmanuel Macron veut rassurer les Français sur le fait que la France existe. Elle n'a pas disparu. Il joue d'une certaine fierté à être présent sur la scène internationale. Quand il reçoit Poutine au château de Versailles, il participe de la propagande de Poutine. Que ce soit face à Poutine, face à Erdogan, face aux Chinois, ou face à Trump, il n'y a que l'Europe qui peut peser. Evidemment, il faut parler avec Poutine, Trump. Mais il faut que ce soit dans un cadre européen, que l'on dise : "Trump, tu ne peux pas faire n'importe quoi avec l'économie mondiale." Les Chinois ne peuvent pas nous diviser parce qu'on est ensemble. Poutine ne peut pas nous diviser, parce qu'on est ensemble.

Emmanuel Macron fait du lobbying en imposant sa figure internationale. Est-ce une bonne nouvelle ?

Est-ce que c'est efficace ? Qu'il se fasse plaisir, tant mieux pour lui. Qu'il nous fasse plaisir, tant mieux. Le seul sujet, c'est l'efficacité. Il faut plus d'Europe pour être efficace. Est-ce qu'on met en place une politique industrielle européenne qui nous manque terriblement aujourd'hui ? Est-ce que cette politique industrielle, elle est sobre en ressource pour qu'elle soit innovante, performante, créatrice d'emploi ? Malheureusement, la France seule n'arrivera pas à imposer cela, surtout si elle le fait sans ses partenaires européens.

Le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot était l\'invité de franceinfo mercredi 25 avril.
Le député européen Europe Écologie-Les Verts (EELV) Yannick Jadot était l'invité de franceinfo mercredi 25 avril. (FRANCEINFO)